dimanche 29 avril 2007

Geisha - Arthur Golden

Titre VO : Memoirs of Geisha
Titre VF : Geisha
Auteur : Arthur Golden
Editeur : JC Lattès, Le Livre de Poche
1ère Edition : 1997 (VO) - 1997 (VF)
Genre : Aventure, Historique
Pages : 602


À neuf ans, dans le Japon d'avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto. Dotée d'extraordinaires yeux bleus, la petite fille comprend vite qu'il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l'initiation difficile qui en fera une vraie geisha. Art de la toilette et de la coiffure, rituel du thé, science du chant, de la danse et de l'amour : Sayuri va peu à peu se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville. Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs. Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d'une rivale. Elle rencontrera finalement l'amour...


Personnellement, j'ai adoré ce livre. Bon j'avoue ne pas avoir vu l'adaptation cinématographique de l'ouvrage (intitulé Mémoire d'une Geisha) mais je reconnais avoir très envie de la voir. On y découvre une autre facette du Japon que celle que l'on découvre dans les mangas {Enfin, je parle de tout ceux que j'ai lu jusqu'à présent}. Ici place à un Japon plus traditionnel où nous suivons donc la vie de la jeune Chiyo qui deviendra des année plus tard Sayuri la belle Geisha. Par contre, petit rectification vis-à-vis du résumé que je vous ai mit (et qui provient du site Amazon). La petit fille n'est pas vendue à "une maison des plaisirs" mais à une "okiya". La différence ?? C'est assez simple. Une maison des plaisirs ne renferme que des prostitué or les Geisha n'en sont pas, elle sont plutôt des dames de compagnies qui distraient les gens en chantant et dansant, par exemple. On découvre donc un Japon, où les femmes sont en grande majorité traité comme des objets par les hommes. Pour preuve, elles ne peuvent s'habiller et décider de leur journée seules. Tout est planifié à l'avance, en veillant à respecter scrupuleusement les prédilection de leur almanach. Sans compter, les cas de "violence" entre femmes qui ont lieu notamment de la part de Hatsumomo qui voudra tout faire pour empêcher Sayuri de devenir la plus grande Geisha de Gion. L'écriture est assez simple et agréable, de ce fait le livre se lit très facilement et est assez accessible côté vocabulaire. A noter cependant que malgré la narration en "JE" le livre n'est pas une biographie ou autobiographie d'une Geisha. L'auteur insiste sur ce point, mais il a bénéficier de beaucoup d'aide afin de rendre cet univers le plus réaliste possible.


Un livre à lire !