samedi 29 novembre 2014

Vampire et Irrécupérable (Queen Betsy, Tome 4) - MaryJanice Davidson

Titre VO : Undead and Unreturnable (Undead, #04)
Titre VF : Vampire et Irrécupérable (Queen Betsy, #04)
Editeur : Milady
1ère Edition : 2005 (VO) - 2011 (VF)
Genre : Bit-Lit - Chick-Lit
Pages : 266


1. Vampire et Célibataire || 1.5. Cravings || 2. Vampire et Fauchée || 2.5. Biting in Plain Sight || 3. Vampire et Complexée || 4. Vampire et Irrécupérable || 4.5. A Friend in Need || 5. Vampire et Casée || 6. Vampire et Flippée || 6.5. A Honeymoon Story || 7. Vampire et Indigne || 8. Vampire et Indésirable || 9. Vampire et Déboussolée || 10. Vampire et Dépitée || 11. Vampire et Désaxée || 11.5. Undead and Underwater || 12. Vampire et Paumée || 13. Vampire et Naïve || 14. Vampire et Impardonnable || 15. Undead and Done.
Série en cours en VO.


C’est vrai, je ne rate jamais une occasion de faire du shopping, mais cette fois, j’ai une bonne raison : je me marie ! Qui est l’heureux élu ? Le superbe Éric Sinclair bien sûr ! Alors pas question que des histoires morbides gâchent la fête. Je l’aurai mon mariage de reine… des vampires ! Malheureusement, des fantômes me harcèlent pour que je leur rende justice. C’est vraiment pas le moment. Et voilà qu’un tueur en série se balade dans la nature. Il a tendance à choisir des victimes grandes et blondes… comme moi, quoi ! Espérons que mon enterrement de vie de jeune fille n’en devienne pas un vrai…


Déjà le quatrième opus des aventures de la Reine des Vampires. Dans ce tome, notre chère demoiselle va faire connaissance avec son nouveau petit frère tout en préparant son mariage à venir alors qu'un tueur en série s'en prend à des jeunes femmes blondes dans des parkings.

Comme toujours, se plonger dans un tome de Queen Betsy, c'est se plonger dans une histoire de vampires plutôt légère où détente est le mot qui prime. Ce tome-ci n'a pas dérogé à la règle. On va principalement se concentrer sur les noces à venir de notre chère Betsy qui tente de tout organisé alors que la date se décale de manière régulière. Elle va alors se poser pas mal de question sur son choix mais arrivera au final à trouver un compromis satisfaisant pour toutes les parties.
Concernant les meurtres, c'est là où le tome m'a déçue. Ces derniers passent au second voire même au troisième plan au profit de préoccupations plus girly (si on peut voir les choses ainsi). Je trouve ça plutôt dommage car pour le coup toute cette intrigue m'a semblé plus que bâclée alors que mieux développée, elle se serait révélée intéressante. Après, vu l'épaisseur du roman, je me doutai bien qu'on allait sûrement avoir droit à des éléments qui passent à la trappe mais pour moi le choix n'a pas forcément été judicieux. J'espère de tout cœur que cette tendance va s'inverser dans les prochains tomes : oui le quotidien de Betsy est sympa et amusant, mais il n'y a pas que ça d’intéressant dans la série !

Concernant les personnages, on retrouve pratiquement tout ce que l'on connait déjà, sans grande évolution dans le fond pour la majorité. Hormis Laura, qui commence à avoir un comportement des plus étranges, malgré elle, du fait de sa nature de progéniture de Satan. 
On notera également une certaine évolution de George, le vampire nouveau né que Betsy a recueilli précédemment, qui commence à devenir de plus en plus civilisé. J'espère de tout cœur qu'il va être davantage présent dans les prochains opus.
Cathy, l'un des nouveaux personnages, m'a également beaucoup plu. Certes, elle n'est pas un personnage majeur mais elle arrive à bien prendre sa place dans l'histoire tout en apportant beaucoup d'humour se part ses commentaires lors de certaines scènes. Il s'agit d'une des victimes du tueur en série qui sévit dans ce tome et qui va accompagner Betsy sous forme de fantôme et découvrir alors un univers totalement nouveau.

Enfin, le style d'écriture est toujours aussi léger. La détente est au rendez-vous comme le veut l'ambiance de la série depuis son début. Les pages s’enchaîne plutôt rapidement malgré un dosage chick-lit/bit-lit plutôt bancal au détriment du second. Je lirai néanmoins la suite pour voir comment les choses vont tourner.


Une lecture détente qui met davantage le côté chick-lit de la série en avant au détriment de tout le reste. Des personnages inchangés pour la majorité mais ceux qui ont droit à une évolution titille notre curiosité.

mardi 25 novembre 2014

Edenbrooke - Julianne Donaldson

Titre VO : Edenbrooke
Titre VF : Edenbrooke
Éditeur : Milady Romance [Romantique]
1ère Edition : 2012 (VO) - 2014 (VF)
Genre : Romance Historique
Pages : 360


En amour, rien ne se passe jamais comme prévu…
Éprise de liberté, Marianne Daventry n’est pas heureuse à Bath. Lorsque sa sœur l’invite à passer l’été à Edenbrooke, la jeune femme n’hésite pas une seconde. Devant parfaire son éducation, condition sine qua non pour pouvoir prétendre à l’héritage de sa grand-mère, Marianne tente désespérément de ne pas se laisser charmer par le maître des lieux, sir Philip, séducteur patenté. Parviendra-t-elle à contenir les élans de son cœur ou succombera-t-elle à son sourire ?


Edenbrooke est une charmante petite romance qui me tentait depuis sa sortie. aussi lorsque j'ai eu l'occasion de lire ce roman, je n'ai pas hésité une seule seconde.
L'histoire est celle de Marianne, une jeune demoiselle qui vit recluse à la campagne suite au décès de sa mère alors que sa jumelle, Cecily, vit la belle vie à Londres. Elle va être invité à passer quelques temps dans la demeure d'Edenbrooke qui appartient à une amie d'enfance de sa mère. Là, la jeune femme va faire la connaissance de Philip, le maître des lieux, qui ne semble pas si insensible aux charmes notre héroïne.

J'ai beaucoup apprécié cette jolie petite romance pleine de fraîcheur. En effet, le cadre n'est pas la capitale anglaise, comme c'est le cas dans une bonne partie des titres, mais plutôt une campagne reculée, dans un cadre idyllique qui plus est. Je dois reconnaître que les images de la couverture collent plutôt bien à l'image que l'on se fait d'Edenbrooke au travers des yeux de Marianne. La nature sera d'ailleurs plutôt bien mise en avant de part les diverses activités auxquelles la demoiselle prendra part.
Son arrivée dans la maisonnée sera plutôt rocambolesque puisqu'en chemin, elle se fait attaquée par un bandit qui blesse son cocher, la contraignant à s'arrêter dans l'auberge la plus proche ou un gentleman lui portera assistance... et dont on ne découvrira la réelle identité que quelques pages plus loin. Je dois avouer que je me doutai un peu que les chemins de ces deux protagonistes allaient se croiser une nouvelle fois, vu les scènes qui se déroulent à l'auberge.
La romance entre Marianne et Philip n'arrivera que tardivement dans le roman. Il faut dire que Marianne préfère laisser passer le bonheur de sa sœur avant le sien et comme cette dernière a jeter son dévolu sur le soupirant de notre héroïne, ce n'était pas forcément chose facile. Néanmoins, j'ai trouvé le rapprochement de Marianne et Philip plutôt doux et agréable. On sait que chacun d'eux a des attentes bien différentes concernant une relation amoureuse. Mais en même temps, ce sont deux personnalités qui s'accorde merveilleusement bien. Le rapprochement est plutôt doux dans la mesure où notre héros ne tentera pas de réelles choses avec notre héroïne, se contentant de balades et autres discours. En soi, cela ne m'a pas trop gêné, mais le piquant ne viendra que dans les ultimes chapitres lorsque Philip 'prouvera' réellement ses sentiments à la demoiselle.

Marianne est une jeune demoiselle plutôt naïve et qui se soucie peu de son avenir. Elle a tout d'une fille de la campagne, ce qui lui est un peu reprocher par son entourage et qui sera le motif majeur de son séjour à Edenbrooke. Elle est très insouciante et plutôt aveugle aux allusions que lui fera Philip quand à ce qu'il désire, pourtant je dois dire qu'il est plutôt explicite en la matière. En revanche, j'ai eu du mal à adhéré lorsqu'elle se dénigrai complètement en comparaison de sa sœur : elle s'interdit de vivre sa vie comme elle l'entend et fait toujours passé son aînée de quelques minutes avant elle. Un peu ça va, mais à la longue j'ai trouvé ça très lourd, et c'est ce que je lui reproche.
Philip est un jeune homme que j'ai beaucoup apprécié. Plutôt secret au premier abord, il va peu à peu se dévoilé au fil des pages tout en tentant de conquérir sa belle. S'il a beaucoup de responsabilité qui pèsent sur ses épaules (la gestion du domaine, son rang...), il ne le montre pas beaucoup à se demander s'il n'en fait pas un peu trop pour le cacher. Il nous apportera également son lot de situations amusante tout en sachant se montrer sérieux, courageux voire téméraire. C'est un héros qui m'a beaucoup plu.
Les personnages secondaires qui gravitent autour de nos deux amoureux sont plutôt sympathique. Chacun apportera un petit quelque chose à l'histoire mais pas forcément dans un sens positif. Je dois par ailleurs avouer que je ne m'attendais pas du tout aux derniers événements tant le personnage en question avait bien caché son jeu.

Enfin, le style d'écriture de l'auteur est très joli. On sent que l'auteur a voulu faire l'effort de ne pas écrire son texte de manière trop familière. Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est dans la même veine que Jane Austen (comme j'ai pu le voir sur la toile), mais cela reste quelque chose de très beau. L'histoire est menée d'une manière assez douce, voire simple par moment. Les petites cachotteries sont révélées au bon moment de sorte que l'on arrive à être surpris à plus d'une reprise. Néanmoins, le texte reste plutôt simple et accessible de manière générale le rendant ainsi rapide et facile à lire.
En tout cas une chose est certaine : je lirai à coup sur le prochain roman de l'auteur, prévu pour Janvier 2015 chez nous.


Une très joli romance qui se fait tout en douceur peut-être même un peu trop par moment. Des personnages sympathique avec parfois une héroïne dont l'aveuglement nous fait levé les yeux au ciel. Un style d'écriture plutôt joli.
Enfin, je tenais à remercier les Editions Milady Romance et plus particulièrement le Ladies Club de m'avoir permis de découvrir ce titre.
Sorti le 19 Septembre 2014.

jeudi 20 novembre 2014

Les Stagiaires - Samantha Bailly

Titre VF : Les Stagiaires
Auteur : Samantha Bailly
Editeur : Milady [Roman]
1ère Edition : 2014
Genre : Contemporain
Pages : 350


Ophélie, Arthur, Hugues et Alix viennent tous d’horizons différents. Leur seul point commun : ils rêvent de travailler chez Pyxis, entreprise spécialisée dans l’édition de mangas et de jeux vidéo, pilier dans le secteur de l’industrie créative. Une réalité s’impose rapidement : beaucoup de candidats, peu d’élus. Désormais, le stage est devenu une étape obligatoire pour ces jeunes qui sont à la croisée des chemins dans leurs vies professionnelles et affectives.
Provinciale tout juste débarquée, Ophélie a laissé derrière elle petit ami et logement, et doit faire face aux difficultés de la vie parisienne. Étudiant en école de commerce, Arthur est tiraillé entre les grands projets qu’on a pour lui et son envie de mettre la finance entre parenthèses. À leurs côtés, Alix, passionnée de mangas, ne jure que par ses sagas favorites, et Hugues, graphiste, teste ses limites dans les soirées électro...
Dans une atmosphère conviviale, travail et vie privée s’entremêlent. Pourtant, une question demeure en fond sonore : qui restera ? Quand la "génération Y" entre en collision avec le monde du travail : un récit marquant dans lequel beaucoup de jeunes adultes se reconnaîtront.


Les Stagiaires est un roman qui traîne dans ma PAL depuis sa sortie grâce au Ladies Club (dédicacé en prime !) et dans lequel je me suis enfin lancée. Mon seul petit regret est de ne pas l'avoir ouvert plus tôt car je l'ai beaucoup apprécié.
Les Stagiaires, c'est l'histoire d'un groupe de jeune adultes qui se retrouve à faire un stage dans la même boite : Pyxis, LA boite la plus branché et prisé par les jeunes. Chacun va alors se confronter à la réalité du monde du travail faite de bons moments mais aussi de désillusions et de ruptures, mais aussi et surtout de leur avenir plutôt incertain.

L'intrigue de ce roman est plutôt simple puisqu'elle nous propose donc de suivre les aventures de cette poignée de jeune tout en se penchant davantage sur deux d'entre eux : Arthur et Ophélie. Chacun d'eux venant d'horizon et de classe sociale différentes. Outre le fait que l'on baigne dans la même culture que ce petit groupe, on arrive toujours à s'identifier à l'un ou l'autre des personnages que l'on suit de part nos expérience. Même si je n'ai pas suivi le même cursus qu'est celui de nos protagonistes pour entre réellement dans la vie active, je dois dire que certains situations m'ont rappelé un peu de mon vécu, et je pense que c'est plus ou moins le cas pour tout le monde.
On se rend compte que le monde du travail n'est pas tout rose. On nous le rabâche assez mais c'est tellement vrai. Néanmoins, on notera que Samantha Bailly arrive à ne pas tomber dans le cliché avec son roman et à nous offrir une vision trop pessimiste de ce monde-là. Elle nous montre qu'il y a du bon et du moins bon, comme partout dans le fond.
Ce qui m'a malgré tout déçu dans le livre, c'est sa fin et surtout son épilogue. Ce dernier nous offre un retour en arrière sur l'arrivé de notre groupe de stagiaire mais du point de vue de leurs mentors. Je m'attendais davantage à quelque chose comme X années après où en sont-ils ? Mais j'ai appris après coup que l'auteur nous préparait une suite à ce roman, ce qui pardonne complètement ce petit épilogue, et qui donne encore plus envie de savoir ce qu'il se passe ensuite pour nos héros.
Outre le monde du travail c'est également un roman sur l'amitié et les relations amoureuse entre les jeunes adultes : les relations se font et se défont, sont confrontés à des obstacles (relations à distances, fin de contrat). Une fois de plus, cela apporte beaucoup de réalisme à l'histoire qui ressemble à celle de n'importe quel jeune de nos jours.

Les personnages sont plutôt sympathique même si je leur reprocherais peut-être d'être un peu trop cliché. On se retrouve ainsi avec la campagnarde qui débarque en ville et qui ne veut pas suivre les traces parentales, le gosse de riche qui a sa vie toute tracée, l'otaku pure et dure, la séductrice qui saute sur tout ce qui bouge et son équivalent masculin, le bon ami un peu gay... Après, autant ils sont tous plutôt stéréotypé mais cela ne fait que nous permettre de mieux s'identifier à l'un d'eux... voire plusieurs en même temps. En soi, cela ne m'a pas trop gêné et je les ai tous trouvé plutôt sympathique et attachants.

Enfin, le style d'écriture de Samantha Bailly m'a énormément plu. Il est assez simple et fluide de sorte que l'on ne voit pas les pages défilées. De la même manière les chapitres nous propose de vivre l'histoire en alternant les point de vue d'Arthur et Ophélie, chacun ayant des ressentis différents du fait du milieu dont ils proviennent. Un alternance plutôt réussit en somme. J'ai également beaucoup apprécié de pouvoir lire les différentes conversations entre stagiaires lorsqu'ils utilisent leurs logiciel de dialogue de travail / facebook / portable. Une fois de plus, le réalisme est de mise avec cet aspect-là !
Il me tarde de découvrir les autres romans de l'auteur.


Une réussite que ce roman sur le monde des jeunes adultes qu'il s'agissent de leur confrontation avec le monde du travail comme celui de leurs relations. Des personnages clichés mais sympathiques auxquels on s'identifie malgré tout. Un style d'écriture simple mais absolument cohérent avec l'histoire.

Sortie le 21 Mars 2014.

vendredi 14 novembre 2014

Réminiscences (Les Larmes Rouges, Tome 1) - Georgia Caldera

Titre VF : Réminiscences (Les Larmes Rouges, #01)
Auteur : Georgia Caldera
Editeurs : Editions du Chat Noir, J'ai Lu pour elle [Darklight]
1ère Edition : 2011
Genre : Fantastique
Pages : 768


1. Reminiscences || 2. Déliquescence || 3. Quintessence.
Série Complète en 3 Tomes.


Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants. Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité. Peu à peu, elle perd pied… Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?!


Les Larmes Rouges est une série que je voulais lire depuis un bon petit moment, après avoir tenté de le sortir de ma PAL depuis quelques mois, j'ai enfin réussi à sauter le pas. Et je ne regrette pas du tout ma lecture bien au contraire, j'ai hâte de lire la suite.

Ce premier tome commence plutôt d'une manière choc avec la tentative de suicide de Cornélia, notre héroïne. Tentative qui va se solder par un échec et qui va la conduire dans la maison d'enfance de son père à Rougemont, un endroit reculer. Là bas, elle reprend du poil de la bête et recommence une nouvelle vie petit à petit. Mais peu à peu, sa vie va devenir un cauchemar, en effet, elle va être assaillit par des voix et des visions à lui faire perdre la raison. Étrangement, c'est Henri, le châtelain local qui va lui permettre de lever le mystère sur toute cette situation et la protéger de celui qui veut du mal à la demoiselle.
Si je devais définir ce premier opus avec un seul terme ce serait : Intense. Cornélia est la narratrice de son histoire, et nous allons vivre cette dernière à ses côtés avec les mêmes interrogations, craintes et doutes. Peu à peu, les choses vont se préciser au fil des pages pour prendre une tournure pas forcément attendue et qui a su beaucoup m'intriguer. Dès lors que l'auteur nous explique le sens des rêves de la demoiselle et ce qu'elle est en réalité, on devient plutôt curieux d'en découvrir davantage à ce sujet, surtout en ce qui concerne les questions auxquelles Henri a refuser de répondre au début du roman... et qui trouveront leur conclusion dans la fin de ce dernier. Pour le coup, j'ai trouver la fin de ce premier opus plutôt satisfaisante. La boucle est bouclée concernant l'identité de notre héroïne et son passé, mais le fil rouge de la menace d'Avoriel est bien présent et on le garde derrière l'oreille une fois le livre refermé. Vu les surprises que l'auteur a su faire dans ce début de série, je me demande quelles autres nous attendent dans la suite.
L'univers de ce premier tome parait plutôt simple de prime abord et même classique. Au départ, on se positionne dans un monde on ne peu plus réel si ce n'est le fait que notre héroïne entend parfois une voix en elle, et qu'elle a des hallucinations. Ce n'est qu'un peu plus tard dans le roman que l'univers sera étoffé avec l'apparition de l'élément fantastique central de ce dernier : les vampires. En somme, ils ne révolutionnent pas le genre, mais ont réussi à titillé ma curiosité, surtout en ce qui concerne leur hiérarchie qui va se dévoiler peu à peu. Mais là où l'originalité est présente, c'est dans le statut de Cornélia. En effet, notre héroïne n'est pas tout à fait humaine et comme elle est la seule à être ce qu'elle est, les protagonistes ne sont pas complètement au courant des capacités de la demoiselle. Capacités que l'on commencera à percevoir dans les dernier chapitres et qui ont su attiser une fois de plus ma curiosité.

Cornélia est une adolescente qui n'a pas eu une vie facile, entre le décès de sa mère et celui de sa meilleure amie, sans oublier sa relation conflictuelle avec son père. Et du coup, elle a envie que tout s'arrête une bonne fois pour toute. Mais une fois sauvé, elle changera un peu et reprendra gout à la vie, ce qui m'a assez étonné vu tout ce qu'elle va subir dans ce premier opus. En toute honnêteté, je m'attendais à ce qu'elle récidive son geste, mais ce ne fut pas le cas. Après, ce n'était pas plus mal en somme, j'avoue que j'aurais eu un peu de mal à m'entendre avec elle. Quand elle commence à s’intéresser à sa réelle situation, elle a envie d'en savoir plus mais je l'ai trouvé un peu trop hésitante et surtout un peu trop prompte à se jeter dans les bras d'Henri pour être sauvé. Je veux bien qu'il possède les capacité pour, mais je dois reconnaître qu'au bout d'un moment ça me tapais sur le système.
Henri, est un vampire plutôt puissant qui va être l'élément déclencheur de toute l'histoire autour de notre héroïne. C'est lui le premier à lui faire entre voir le monde des vampires, lui qui va lui expliquer ce que sont réellement ses rêves et lui encore qui va la protéger du psychopathe qui s'en prend à elle. Il semble en savoir plus qu'il ne veut réellement le dire et je pense qu'il va nous réserver de bonnes choses dans les prochains tomes.
La romance entre ces deux protagoniste a su me surprendre. Non pas par son existence dont je me doutait fortement, mais plutôt de la manière dont elle est mise en place : très douce et qui nous laisse planer un peu le doute. Je me suis régalée de la voir naître et il me tarde de voir de quelle manière cette évolution va se poursuivre.
Les personnages secondaires seront principalement ceux qui entourent Cornélia : son père et les employés de ce dernier, Nathalie son employeuse... Tous ont envie que la jeune fille aille mieux suite à son geste au début du roman, mais ne voient pas d'un très bon œil sa relation avec le châtelain à la réputation plus que douteuse. Les amis de Henri seront également présent, mais d'une manière assez insignifiante en somme, apportant un petit quelque chose à l'intrigue globale avant de disparaître.

Enfin le style d'écriture de Georgia Caldera a su me charmer. En soi, il est plutôt dense et de ce fait on avance plutôt lentement dans le roman, mais il n'en reste pas moins très riche et nous permet de bien nous plongé dans cet univers relativement sombre. Le découpage des chapitres a choisi de nous mettre à part les rêves qui concernent le passé de Cornélia, ce qui est plutôt un bon point car on a aucun mal à savoir où l'on se situe dans le roman.


Une intrigue prenante dans un univers simple mais qui réserve de bonnes surprises. Des personnages agréable, malgré une héroïne qui abuse un peu de son protecteur. Une romance toute en légèreté. Un style d'écriture dense mais ô combien riche.

mardi 11 novembre 2014

Le Spectre de la Bastille II (La Rose Ecarlate Missions, Tome 2) - Patricia Lyfoung & Jenny

Titre VF : Le Spectre de la Bastille II (La Rose Ecarlate Missions, #2)
Auteur : Patricia Lyfoung & Jenny
Editeur : Delcourt
1ère Edition : 2014
Genre : Aventure, Historique, Bande Dessinée
Pages : 48


1. Le Spectre de la Bastille I || 2. Le Spectre de la Bastille II || 3. La Dame en Rouge I || 4. La Dame en Rouge II.
Série en cours.

SPIN-OFF de : La Rose Ecarlate - Patricia Lyfoung.


Maud et Guilhem, alias la Rose écarlate et le Renard, connaissent maintenant les responsables des enlèvements de jeunes filles rousses... Mais comment attraper ces ombres qui disparaissent en un éclair ? Et comment protéger Adèle, l'amie de Guilhem, dont la chevelure flamboyante attire ces maudites créatures ? Nos deux héros ont encore fort à faire dans cette mission périlleuse et pleine de mystères.


Suite et fin du premier arc du spin-off de La Rose Ecarlate. Dans le précédent opus, nous avions laissé notre duo de héros avec de nombreuses interrogations quand à ce qu'il se trame réellement avec la disparition mystérieuse de jeunes demoiselles rousse.
L'intrigue va avancer bon train dans ce second opus, il faut dire que les auteurs n'ont pas eu réellement le choix si elles voulaient caser tout ça sur seulement deux petits tomes. Au final, on se retrouvera à la fin de ce tome avec une réelle conclusion à cette mission même si on peux chipoter sur 2-3 petits détail quand on nous propose un peu les explications. Je pense notamment à la raison de la couleur de cheveux des pauvres victimes d'enlèvement. On nous explique pas nécessairement pourquoi il fallait qu'elles soient rousses.
En revanche, on nous propose ici un aspect qui change radicalement de la série originelle dans la mesure où la magie pointera le bout de son nez. La couverture de ce second opus en est la preuve parfaite. J'ai malgré tout eu l'impression que cela cassait un peu vis-à-vis de l('ambiance globale de la série, mais au final, c'est plutôt bien passé et j'espère de tout coeur que les auteur vont poursuivre sur ce versant.

Les personnages sont toujours égaux à eux-même. J'ai tout particulièrement prit du plaisir à voir les taquineries et autres gestes affectueux que se livrent Maud et Guilhem. Leur complicité est ainsi bien mise en avant pour notre plus grand plaisir.

Enfin, les dessins sont toujours aussi jolis et arrivent à nous transporter auprès des personnages et à bien retranscrire leurs émotions. Sans oublier bien entendu les petites notes d'humour apportés par les dessins de type chibi de certains personnages.


Une conclusion plutôt satisfaisante pour ce premier arc malgré des détails qui n'ont pas été assez expliqués à mon sens.