vendredi 29 avril 2011

Le Prisonnier de la Tour de Fer (Les Larmes d'Artamon, Tome 2) - Sarah Ash

Titre VO : Prisoner of the Iron Tower (Tears of Artamon, #2)
Titre VF : Le Prisonnier de la Tour de Fer (Les Larmes d'Artamon, #2)
Auteur : Sarah Ash
1ère Edition : 2005 (VO) - 2006 (VF)
Genre : Fantasy
Pages : 727


Spin-Off / Préquelle : Préquelle aux Larmes d'Artamon.


Gavril Nagarian a repoussé le démon-dragon. Le Drakhaoul a disparu, et avec lui ses effrayants pouvoirs. A présent, Gavril comprend à quel point il a trahi sa lignée et son peuple : il a mit en jeu le royaume glacé d'Azhkendir et il a perdu. Emprisonné dans la Tour de Fer, il ne voit pas que la paix s'installe dans la nouvelle Rossiya. Mais la paix peut être aussi fragile que le murmure des rebelles... ou le désir de liberté d'un prisonnier.


Avec ce second volume, Sarah Ash nous transporte une nouvelle fois en Rossiya où la situation géopolitique semble se stabilisé peu à peu. En Azhkendir, Gavril et ses hommes tentent de reconstruire de leur mieux le palais suite à la bataille contre Eugène. Mais ce dernier ayant eu vent que Gavril ne possède plus ses pouvoir, en profite pour annexé le royaume de glace et s'autoproclamé Empereur des cinq royaumes de Rossiya. Gavril est quand à lui envoyé dans le sinistre Anskamar : la maison d'aliénés. Là, il y subira les pires tortures d'où une seule personne pourra le tirer : le Drakhaoul. Mais la créature n'aura pas perdu son temps, car avant de venir au secours de Gravril, elle aura apporter son aide à un autre jeune homme en bien fâcheuse posture : Andrei Orlov. Mais lorsque la Smarna se révoltera, et que la Francia se mêlera de tout ça, la paix deviendra bien vite fragile.
Ce second volume des Larmes d'Artamon a été tout aussi captivant que son prédécesseur, riche en rebondissements. On gravite entre les différentes nations et les différents personnages, vivant par moment les événements de deux points de vue différents. Le mystère qui planait autour du Drakhaoul s'éclaire peu à peu, révélant une histoire bien plus complexe que ce que l'on pensait au départ. J'ai d'ailleurs prit beaucoup de plaisir à en savoir plus sur ces créatures, entr'autre grâce aux rêves de la petite Karila. Autre chose que j'ai beaucoup apprécié au sein de ce second volume, c'est l'entrée en jeu de la Francia. Pays mentionné dans le premier tome, il prend ici de plus en plus d'ampleur, on y découvre de nouveaux personnages et ce sont eux qui donnent le point final de ce volume, en nous donnant très envie de nous jeter sur l'ultime volume.
Les personnages sont toujours aussi attachants, même s'ils deviennent de plus en plus nombreux. On prend énormément de plaisir à retrouver certains d'entre eux. Si j'avais beaucoup aimé la petite Kiukiu dans le premier tome (que j'ai toujours apprécier, même si elle était moins présente), j'ai en revanche beaucoup apprécier le Drakhaoul de Gavril, et j'ai hâte de découvrir ce qu'il va se passer avec ses frères. On apprend aussi beaucoup de choses au sujet de la famille de Gravil (côté paternel), ce qui nous explique beaucoup de choses sur leur ligné, on sent d'ailleurs que notre héros a mûri depuis la fin du premier volume, chose que j'ai assez apprécier également, rendant le personnage d'autant plus sympathique.
Le style de l'auteur est toujours aussi agréable à lire. Toujours dans l'action, ponctué par de nombreux dialogue ou des rêves des personnage, il nous happe dans cet univers dont on a du mal à décrocher.


Un suite à la hauteur qui fait bien évoluer l'histoire et qui nous donne envie de découvrir le mot de la fin tant les révélations sont nombreuses.

Challenge Magie & Sorcellerie Litteraire : 3/5+

Bonus : En recherchant une info sur la série des Préquelle, je suis tombée sur un groupe d'artiste de Deviant Art consacré aux oeuvres de Sarah Ash, avec pleins de jolies choses dedans. Je vous invite à aller y jeter un œil.

jeudi 28 avril 2011

L'Imposteur (La Porte du Chaos, Tome 1) - Louise Cooper

Titre VO : The Deceiver (Chaos Gate, #1)
Titre VF : L'Imposteur (La Porte du Chaos, #1)
Auteur : Louise Cooper
Editeur : Bragelonne
1ère Edition : 1990 (VO) - 2008 (VF)
Genre : Fantasy
Pages : 324


1. L'Imposteur || 2. L'Usurpatrice || 3. La Vengeresse.
Série complète en 3 Tomes.


Soixante ans ont passé depuis la trilogie du Maître du Temps... Les forces de l'Ordre et du Chaos sont en paix, et Keridil Toln, Haut Initié du Cercle, pensait achever sa longue vie dans la sérénité. Pourtant, au moment de rendre son dernier souffle, il émet une sinistre prédiction : les créatures du Chaos vont tenter à nouveau de rompre l'équilibre et de s'emparer de notre réalité. Peut-on croire aux ultimes paroles d'un vieillard mourant ? Après tout, les dieux n'interfèrent plus dans la vie des hommes et leurs conflits dévastateurs ne sont plus qu'un mauvais souvenir... Seule Karuth, la soeur du Haut Initié qui succède à Toln, saisit la nature du danger, mais sera-t-elle entendue ? Alors que les présages se succèdent, les plans des forces occultes progressent rapidement, incarnés par une jeune fille formée aux arts maléfiques, dont le père inconnu n'est pas de ce monde...


Cela faisait un long moment que ce livra traînait dans ma PAL, et je me suis enfin décidée à le sortir. Finalement, j'en ressort avec un avis assez mitigé, mais je pense que c'est principalement du au fait que je n'ai pas lu la Trilogie du Maître du Temps (puisque La Porte du Chaos se passe 60 ans après l'autre trilogie).
Tout commence par une naissance et une mort, qui vont devenir des points clé de l'histoire. Commençons par le plus joyeux, la naissance. L'Ordre des Sœurs se rend a la capitale de Royaume afin d'assister à un conseil. Les accompagne une jeune demoiselle enceinte de 7 mois. Malheureusement, son enfant viendra au monde un peu trop tôt, lui arrachant son dernier soupir au passage. Le nourrisson, une petite fille, sera recueillis par l'Ordre des Sœurs qui la baptiseront Ygorla. Elle grandira de façon paisible, même si elle aura au fond d'elle-même un petit côté rebelle. A son adolescence, elle découvrira qu'elle est la fille d'un démon, venu la chercher, lui promettant qu'elle deviendra bientôt la maîtresse du monde... Mais à quel prix ? Parallèlement à la naissance de cette demoiselle, dans une autre pièce du palais, l'heure n'est pas aux festivités : Keridil, le Haut-Initié (héros de la première trilogie et magicien le plus puissant du royaume) pousse son dernier soupir. S'en suivront les questions de successions que nous suivront peu en peu en parallèle à l'histoire d'Ygorla.
Deux trames donc qui se déroulent au fil des pages. Cependant, j'ai beaucoup regretter le manque d'action dans ce premier tome. Ce dernier se contente juste de mettre en place les éléments clés de l'histoire : la situation géopolitique, les personnages principaux, la situation religieuse, les différents ordres (Ordre des Sœurs, Cercle...)... D'ailleurs ces derniers ne seront pas trop détaillé dans ce tome ce qui m'a assez déçue. Mais en y réfléchissant bien, on arrive à cerner malgré tout les membres de ces communautés (de plus je suis sure que dans Le Maître du Temps, on  nous les présente de façon un peu plus détaillé). Néanmoins, on arrive quand même à passer outre ces quelques manques et à apprécier l'histoire qui nous est compter, la preuve j'ai hâte de découvrir la suite, tout comme je suis curieuse de découvrir la première trilogie.
La magie est également présente dans cette série, grâce à l'apprentissage d'Yrgorla, qui grâce à son démon de père apprend à user des arts noirs, mais également à travers les personnages appartenant au Cercle, qui utilisent des rites particuliers pour communiquer avec les divinités.
Le style de Louise Cooper est assez agréable à lire et nous retrace bien les aventures de ses personnages. Les événements s'enchaîne à une vitesse assez surprenante et les bonds que l'on fait dans le temps nous surprennent plus qu'autre chose (à vrai dire, il y a certains moment où l'ont se sent un peu perdu et l'on ne sais pas si l'on a avancé dans le temps ou si l'on est toujours dans la même époque).


Un premier tome qui pose les bases de la série et qui semble un peu long à démarrer. Cependant, ceux ayant lus la première trilogie de l'auteur entreront plus facilement dans l'histoire que les autres.

mercredi 27 avril 2011

Les Gouttes de Dieu, Tome 1 - Tadashi Agi & Shu Okimoto

Titre VO : Kami no Shizuku, #01
Titre VF : Les Gouttes de Dieu, #01
Auteurs : Tadashi Agi & Shu Okimoto
Editeur : Glénat [Seinen]
1ère Edition : 2005 (VO) - 2008 (VF)
Genre : Seinen
Pages : 210


Tome 1 - Tome 2 - Tome 3 - Tome 4 - Tome 5 - Tome 6 - Tome 7- Tome 8 - Tome 9 - Tome 10 - Tome 11 - Tome 12 - Tome 13 - Tome 14 - Tome 15 - Tome 16 - Tome 17 - Tome 18 - Tome 19 - Tome 20 - Tome 21 - Tome 22 - Tome 23 - Tome 24 - Tome 25 - Tome 26 - Tome 27 - Tome 28 - Tome 29 - Tome 30 - Tome 31 - Tome 32 - Tome 33 - Tome 34 - Tome 35 - Tome 36 - Tome 37 - Tome 38 - Tome 39 - Tome 40 - Tome 41 - Tome 42 - Tome 43 - Tome 44.
Série complète en 44 Tomes.

Fils d'un oenologue reconnu, Shizuku Kanzaki n'a aucun goût pour le vin. Malheureusement, son père décède et, alors qu'il pensait profiter tranquillement de son héritage, Shizuku découvre qu'il a un frère adoptif. Pire, le testament de son père les met au défi de découvrir douze grands crus ainsi que le meilleur de tous, Les Gouttes de Dieux. Voilà Shizuku lancé sur une enquête d'un nouveau genre, au beau milieu des vins, des cépages et des saveurs...

Une série de manga portant sur le vin... J'avoue au tout début avoir été un peu sceptique. Cependant j'en ai entendu dire beaucoup de bien. Aussi lorsque j'ai découvert le premier volume de cette série à la médiathèque, je me suis dit pourquoi pas. Et bien au final, j'en ai été assez surprise.
Tout commence dans un restaurant où nous faisons la connaissance d'une apprentie sommelière : Miyabi. Cette dernière se trouve dans une situation délicate avec le patron d'une brasserie. Heureusement pour elle, l'un des employé de cet homme vient à sa rescousse et lui évite le renvoi. Il se présente comme étant Shizuku Kanzaki, un simple employé de brasserie. Mais une fois rentrée chez elle, elle découvre qu'il n'est autre que le fils unique du plus célèbre œnologue. Au même moment, le jeune homme découvre que son père est décédé et que son héritage dépendra de ses capacités œnologique : chose qu'il n'a jamais développé tout au long de ces années. Mais il est bien décidé à prouvé le contraire.
J'ai trouvé assez original le sujet du manga qui est le vin. Même si l'on a quelques petites notions dessus, on apprend énormément de choses grâce à ce manga et ce premier volume : les différents types de crus, les cru les plus renommés, les côtés de certains d'entre eux. On notera aussi la présence de petites informations annexes en fin de tome pour ceux qui veulent allé plus loin. De la même manière, les autres nous décrivent ce que ressentent les personnages lors de leurs dégustations de ce liquide ambré. Elle semblent tellement réelles que pour peu on aurait envie de tenter la chose nous aussi.

Les personnages ne sont pas si nombreux que cela, du oins dans ce premier volume. On gravite principalement autour de Miyabi, Shizuku et son frère adoptif. J'ai assez apprécié le personnage de Shizuku, qui nous fait énormément sourire au fil des pages et grâce auquel nous apprenons de nombreuses choses à propos du vin (puisque tout comme nous, il est un novice complet dans le domaine de l’œnologie... Enfin peut-être pas tant que cela.)

D'un point de vue graphique, j'ai beaucoup aimé le style qui nous présente des personnages dessiné de façon assez réalistes avec parfois de petites notes d'humour (principalement de par leurs expressions ou de part les oreilles d'animaux de Shizuku). Les bouteilles de vin sont quand à elle très détaillé (ce qui somme toute est assez logique puisqu'il s'agit du sujet de cette série).


Un premier volume qui met en place l'histoire mais bourré d'informations intéressantes sur le vin, accessible à tous et passionnant.

dimanche 24 avril 2011

Bleu Cauchemar (Bleu Cauchemar, Tome 1) - Laurie Faria Stolarz

Titre VO : Blue is for Nightmares (Blue is for Nightmares, #1)
Titre VF : Bleu Cauchemar (Bleu Cauchemar, #1)
1ère Edition : 2003 (VO) - 2009 (VF)
Genre : Fantastique, Jeunesse
Pages : 320


1. Bleu Cauchemar || 2. Blanc Fantôme || 3. Gris Secret || 4. Rouge Souvenir. 
Roman Graphique. Noir Prélude.
Série complète en 4 Tomes + 1 Roman Graphique.


Cela commence avec des rêves. Quelqu'un la traque dans les bois. Elle ignore qui et ne sait pas comment lui échapper. Puis, c'est le matin. La vie de Lucy reprend son cours normal. Et ça recommence. Toutes les nuits. Mais ce n'est que le début. Car elle sait que bientôt, très bientôt, ses cauchemars vont devenir réels. Ce n'est pas la plus belle fille du lycée, ni la plus populaire. Pourtant, elle est unique : elle a le don de prémonition.


La série Bleu Cauchemar faisait partie de ces série grand format qui me faisait très envie. Tant pour l'histoire que pour ses couvertures que je trouve très jolies. Aussi lorsque sa sortie en poche a été annoncé, je n'ai pu que craquer. Au final, ça a été sans regret.
Nous faisons la connaissance de Lucy, une jeune ado comme les autres scolarisée dans un internat où elle partage sa chambre avec sa meilleure amie Drea. Enfin, pas exactement comme les autres puisque notre jeune héroïne possède un don : elle peut voir l'avenir à travers ses rêves. Et lorsque ces derniers lui annoncent que sa meilleure amie est en danger, elle fer tout ce qui lui sera possible pour que le pire n'arrive pas, comme la petite Maura quelques années auparavant.

Ce premier volume pose donc le décor de l'ensemble de la série. Nous faisons plus particulièrement connaissance avec notre héroïne et son don. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécier le personnage de Lucy et la magie qu'elle emploie tout au long de ce livre. Très simple certes, basée sur les plantes, les couleurs, les étoiles... Mais très jolie je trouve. Bien entendu, on ne perd pas trop de vue le fait que c'est un roman jeunesse/ado qui s'adresse plus particulièrement à des jeunes filles d'une part parce que les personnages principaux en sont et d'autres par car les amourettes de ces demoiselles joueront un beaucoup rôle dans cette histoire.
Mais d'autre autre côté, une histoire un peu plu sombre se dessine, dont le point de départ est Lucy et plus particulièrement ses cauchemars. La nuit. Une forêt. Drea enlevée. De nombreux souvenirs se heurtent dans la tête de Lucy : quelque chose d'horrible est sur le point de se produire. Indirectement, on est un peu amené à penser à certains événements qui ont lieu dans l'actualité (et ce n'importe où) avec les disparitions d'enfant et leurs morts. Ce qui peut de ce fait nous faire réfléchir un peu sur les comportements de ce public. Lorsque le final sera révélé avec le nom du coupable, on se rend compte que ce n'est pas toujours celui que l'on croit et que les personnages ne sont pas nécessairement ce qu'elles semblent être. Ceci dit, j'avoue avoir été un peu déçue par le compte rendu du procès du coupable, si peu de choses pour ce qu'il a fait...

Côté personnages, comme dit plus haut, on se trouve dans un internat et de ce fait la majorité d'entre eux sont des ados, et je le reconnais il y a un peu de tout dans les élèves dont nous faisons la connaissance. Mais ma préféré restera sans nul doute Lucy pour les raisons que j'ai cité un peu plus haut.

Le style de l'auteur bien qu'assez simple, colle complètement à l'histoire. Tantôt léger pour les petits passages sur la vie quotidienne de nos personnages. Tantôt sérieux lorsqu'ils s'agit de résoudre ce mystère. J'ai particulièrement aimé les passages des cauchemars de Lucy, où l'on ne se rend pas forcément compte qu'elle y est à l'intérieur. En revanche, j'ai moyennement aimé l'histoire du "pipi au lit" de notre héroïne. Ok c'est l'une des clé du mystère, mais j'ai trouvé ça un peu exagéré.


Un premier tome passionnant, mêlant mystère magie et amourettes d'adolescence.

jeudi 14 avril 2011

Monster High (Monster High, Tome 1) - Lisi Harrison

Titre VO : Monster High (Monster High, #01)
Titre VF : Monster High (Monster High, #01)
Auteur : Lisi Harrison
Éditeur : Castelmore
1ère Édition : 2010 (VO) - 2011 (VF)
Genre : Jeunesse - Fantastique
Pages : 317

Série Complète en 4 Tomes.

SPIN-OFF : Monster High de Gitty Daneshvari.


Frankie Stein vient tout juste de s'inscrire à Merston High, le lycée de la petite ville de Salem. Elle a hâte de voir ce qui l'y attend : des fêtes incroyables, des virées shopping entre copines et de garçons sexy, c'est sûr !
Mais Merston High renferme un secret monstrueux : les rejetons des créatures les plus célèbres de tous les temps y côtoient des ados tout à fait normaux. Frankie elle-même s'est éveillée à la vie il y a quinze jours sur une table de laboratoire, sous l'apparence d'une jeune fille de quinze ans avec quelques points de suture sur les articulations et des boulons sur le cou!; Elle est assez maligne pour se douter que si jamais son secret était découvert, tous ses rêves s'écrouleraient.


Monster High est un roman Yong Adult qui nous transporte dans la petite ville de Salem dans l'Oregon, ville où vivent caché les descendant des monstres les plus célèbres tels que Dracula, Frankenstein, DrJekyll et Mr Hyde pour n'en citer que quelques uns, plus connu dans le livre sous le nom de RAD. Nous allons découvrir cette ville et son lycée, Merston High, au travers de deux adolescentes complètement différentes mais qui se révéleront être proche l'une de l'autre : Frankie et Mélodie.
La première est la petite fille du très célèbre Frankenstein. Avec sa peau verte, ses sutures et ses boulons, elle découvrira bien vite qu'il lui sera impossible d'être accepté par les humains (appelés normies) en restant elle-même. Ce sera sous des couches et des couches de maquillages et des vêtements longs qu'elle masquera tout ses "défauts" pour enfin pouvoir vivre sa vie de lycéenne. La seconde jeune fille est une humaine tout ce qu'il y a de plus banal à quelques détails près : son père est chirurgien esthétique, sa mère est une styliste de renom et sa sœur a un physique digne de l'un de plus grand mannequins. Mélodie, souffrant d'asthme depuis des années a été contrainte de déménager dans la petite ville de Salem pour justement vaincre sa maladie (le tout associé à un petit passage sous le bistouri paternel pour se faire refaire le nez, parait-il que c'est efficace).
Nous allons donc suivre dans ce premier volet l'arrivée de nos deux jeunes filles dans ce lycée. Elles se complètement différentes, mais n'ont qu'une idée en tête : se faire accepter par les autres par tout les moyens. C'est l'un des message que nous fera passer l'auteur par le biais de ce livre, associé à celui de s'accepter tel que l'ont est. En effet, quasiment tout nos personnages sont des ados, période de la crise identitaire, même si cette idée n'est pas tellement marqué avec tous, elle en restera malgré tout sous jascente. Mais ce ne sont pas que les ados qui se retrouveront confronté à ce problème d'acceptation : c'est carrément la communauté des RAD toute entière qui en sera concerné. En effet, chacun de ses membres masque ses différences pour paraître le plus normal possible : ne pas sourire la bouche ouverte pour un vampire, se faire une épilation pour un loup-garou et j'en passe. Mais lorsqu'un événement révèle leur existence aux normies, les choses s’accélère et la prise de conscience se fait réellement. On regrettera malgré tout que la fin du livre nous laisse un peu sur notre faim. J'avoue que j'aurai bien vu un voire deux chapitres de plus pour voir comment se serait fini l'histoire de l'ultimatum de Bekka, je suis néanmoins curieuse de lire la suite pour connaître le fin mot de cette histoire.
Côté personnage il y en a pour tout les goûts, aussi bien du côté des RAD que des normies. Mélodie et Candace, bien que sœur ont des caractères complètement opposés. Les jeunes des RAD quand à eux sont tous différents tant par leurs caractères que par leurs origines. On ne peut d'ailleurs que sourire à la lecture de leurs nom qui à eux seuls représente bien ce qu'ils sont. J'avoue avoir une petite préférence malgré tout pour le personnage de Mélodie, qui sera celui qui évoluera le plus dans le courant de ce tome même si j'ai relativement bien apprécier l'ensemble des personnages.
Le style de l'auteur reste assez simple, laissant pensé plus à un roman jeunesse que YA. Les références à des éléments que l'on connait font sourire qu'il s'agisse de série TV, de marques ou encore de chanson. (Enfin, sauf la référence à Justin Bieber par contre... Je l'aime pas donc...). Les chapitres sont assez courts et alterne les points de vue de l'histoire en fonction de Mélodie ou de Frankie. Mention spéciale d'ailleurs aux petites ombres chinoises en tête de chapitre qui symbolise l'héroïne auprès de laquelle on se trouve.


Un premier tome intéressant, un univers riche mais une fin décevante pour ce premier volume.
Enfin, je tiens à remercier les Editions Castelmore et Livraddict pour m'avoir permit de lire ce roman dans le cadre d'un partenariat.

lundi 11 avril 2011

Rumeurs (The Luxe, Tome 2) - Anna Godbersen

Titre VO : Rumors (Luxe, #2)
Titre VF : Rumeurs (The Luxe, #2)
Auteur : Anna Godbersen
1ère Edition : 2008 (VO) - 2009 (VF)
Genre : Romance, Jeunesse
Pages : 445


1. Rebelles || 2. Rumeurs || 3. Tricheuses || 4. Vénéneuses.
Série Complète en 4 Tomes.


Rien n'est plus dangereux qu'un secret... Les amies d'hier sont devenus les rivales d'aujourd'hui. Coups bas à l'heure du thé, trahisons au cœur de la nuit, les bals somptueux bruissent des plus folles rumeurs. Nous sommes à Manhattan... en 1899.


Deuxième volet de la série The Luxe, Rumeurs nous transporte en 1899 au mois de Décembre plus particulièrement. Trois mois se sont écoulés depuis a disparition d'Elizabeth Holland le jour de son mariage avec Henry Schoonmaker. Bien entendu, nous savons très bien qu'il n'en est rien, et que la jeune demoiselle a fui ses obligations envers sa famille pour vivre le grand amour auprès de Will Keller, l'ancien cocher, bien décidé à faire fortune grâce au pétrole Californien. Cependant, les journalistes New-Yorkais ne sont ps convaincue par la mort (mise en scène) d'Elizabeth et les rumeurs comme quoi la demoiselle seraient en vie, perdurent dans la ville, au grand dam de ses complices qui s'efforceront de les démentir. Mais lors de son retour en ville, afin de rétablir la situation de sa famille, la réaction de ses proches ne sera pas forcément celle qu'elle avait escomptée. Même si tout laisse à penser que leur histoire se terminera par un happy end, on ne peut que être surpris par les derniers rebondissements dont sera victime le couple.
De son côté, la jeune Diana Holland, éprise du beau Henri, verra ses sentiments mis à l'épreuve à plusieurs reprises. Tantôt le jeune homme la rejette, tantôt il se rapproche d'elle en lui exprimant ses sentiments. Le premier amour de Diana est donc parsemé de hauts et de bas, les qu'en-dira-t-on et les complots de la haute société sont donc omniprésents dans cette relation, tiendra-t-elle bon ? Diana et Henry pourront-ils vivre un jour leur amour au grand jour ? Rien n'est moins sur, surtout lorsque Pénélope vient mettre son grain de sel dans cette histoire. Mais heureusement pour Di, elle peut compter sur sa sœur pour que les choses redeviennent au mieux pour elle dans les prochains volumes, ce qui sera l'occasion pour l'auteur de resserré un peu plus les liens qui unissent les deux soeurs Holland.
Au fil de l'histoire, Penelope ne servira que son propre intérêt, n'hésitant pas à utiliser les autres comme des pions. Avec un comportement digne d'une Reine, Penelope n'hésitera pas à faire tout ce qui est en son pouvoir pour arriver à ses fins. Son rêve ultime : entrer dans la très célèbre famille Schoonmaker et épouser Henri. Le couple ayant volé en éclat dans le volume précédent, la jeune fille souhaite ardemment qu'il reprenne sa route comme si rien de tout cela (mariage avec Elisabeth, amourette avec Diana), n'avait jamais au grand jamais eu lieu. Elle reste au final le personnage le plus chanceux de ce second volume puisque ce qu'elle souhaitait plus que tout se réalise, mais cela durera-t-il ? Je reconnais que malgré son côté égocentrique sur les bord, Penelope reste un personnage que j'apprécie beaucoup de par son côté manipulatrice.
Nous retrouvons également Lina, alias Carolina Broad, l'ancienne domestique des Holland qui depuis son renvoi de la maison, vit une véritable vie de princesse grâce aux informations qu'elle a "vendues" à Penelope, mais lorsque le sort s'acharne sur elle et qu'elle se fait voler sa petit fortune, elle pourra compter sur Tristan, pour l'aider à garder son nouveau train de vie. Finalement, même si l'on s’intéresse à elle de la même façon que nos 3 héroïnes précédentes, Carolina reste un personnage secondaire dont les aventures ne font que ponctuer le livre. Même si cela reste assez agréable, on aimerai en savoir un peu plus que ce que l'on nous dit. Mais, je doute fort que les choses en reste là pour elle, affaire à suivre dans les volumes suivants.
4 héroïnes différentes mais très liées de façon directe ou indirecte, qui seront sujette à de nombreuses Rumeurs à mesure que l'on avance. Vérité ou mensonge, on se plait à essayer de deviner le vrai du faux, même si au final on aura pas de trop grosses surprises. Le style de l'auteur reste égal à lui même dans ce second volume. Simple mais efficace, il nous immerge complètement dans cette fin d'année 1899. Les extraits de manuels, de correspondances et/ou de journaux qui ouvrent chaque chapitre prête également à sourire puisqu'ils retranscrivent parfaitement ce à quoi nous allons avoir droit dans le chapitre en question. L'histoire nous tient en haleine tout du long, et l'on a hâte de savoir comme celle-ci va se terminer. J'ai beaucoup aimé la conclusion de ce tome, qui bien qu'elle le clôture, nous offre une idée de ce que l'on va retrouver dans la suite : ce que j'ai totalement hâte. (Mais pour cela il faudra attendre la sortie en poche de Tricheuses).


Une suite captivante, pleine de rebondissements pour chacune des 4 héroïnes. Une fois ce tome refermé on a qu'une seule hâte : se plonger dans le suivant.

dimanche 3 avril 2011

Un Ange à Venise - Muriel Carminati

Titre VF : Un Ange à Venise
Auteur : Muriel Carminatti
1ère Edition : 2003
Genre : Historique, Jeunesse
Pages : 219


Nicolas n'est qu'un enfant lorsqu'il quitte la Lorraine pour travailler dans la magnifique Venise du XVIIème siècle. La ville est en ébullition, l'art florissant. D'abord engagé chez un fameux pâtissier, Nicolas est malheureux, cherchant un but à sa vie. Jusqu'au jour où il croise le regard d'un ange peint sur un tableau. C'est une véritable révélation : désormais, il sera artiste peintre.


Outre une histoire qui me tentait énormément, la seconde raison qui me donnait envie de me plonger dans ce roman était sa couverture que je trouvait très jolie, et qui représente assez bien l'histoire contenu à l'intérieur.
Dès les premières pages de l'histoire, nous sommes transportés auprès du jeune Nicolas âgé alors de 12 ans, qui quitte sa Lorraine natale pour la belle Venise. Nous découvrons avec lui la beauté de la célèbre ville italienne : son palais des Doges, sa place Saint Marc... Il trouvera un petit travail tranquille chez un pâtissier local. Mais malgré son apprentissage dans le domaine des confiserie, il s'ennui ferme. Son rêve était de créer quelque chose de ses propres mains, aussi être l'un des vendeurs de pâtisserie sur le marché ne lui plait guère. Ce sera après avoir vue une certaine oeuvre qu'il aura le déclic : il deviendra peintre. Pour cela, il effectuera son apprentissage auprès d'un ancien artiste qui lui apprendra tout son art. Le temps passe, et peu de temps après la mort de son maître, il croisera la route de la belle Angelina Fioretti, la fille d'un célèbre maître verrier de Murano, dont il sera fou amoureux, et ce sera pour lui le début des ennuis.
Venise est l'une des villes les plus célèbres d'Italie, même si ce n'est pas le seul endroit où se déroule l'histoire, c'est celui où l'on prend le plus de plaisir à suivre les aventures de Nicolas. Trajets en gondoles, opéras, et surtout carnavals. Avec lui nous vivons tout ces instants pour notre plus grand plaisir. Même si l'auteur ne s'étend pas énormément en terme de description, cela nous suffit à nous plonger dans l'histoire et à voir celle de Nicolas se dérouler devant nous. Néanmoins, si l'on visualise très bien les lieux dans lequel notre héros évolue, on aura en revanche beaucoup de mal à se repéré au niveau temporel. D'un chapitre à l'autre les années passent, et l'on a rien qui nous indique où nous nous trouvons ou bien ceci arrive beaucoup plus tard que l'on ne l'aurai voulu. J'avoue que cela m'a un peu dérangé, d'autant plus que nous nous trouvons dans un roman historique, aussi c'est un peu étrange.
L'histoire est riche en personnage, nous avons donc Nicolas notre petit Lorrain qui peu à peu deviendra un véritable Vénitien comme si il y avait passé toute sa vie, Sebastien le chanteur d'opéra castrat, Simon le violoniste juif, Angelina la belle demoiselle de Murano, sa tante favorable aux sentiments que se porteront les deux jeunes gens, Aldo le soupirant de la jeune fille qui fera tout ce qui est en son pouvoir pour que sa belle lui revienne... Mes préférés resteront sans conteste Angelina et sa tante, qui bien que passive dans l'histoire m'ont énormément plus.
Au travers de la recherche de son futur métier et au cours de ses aventures, Nicolas nous en fera découvrir 3 tous aussi différents mais tous très bien dépeint dans l'histoire : pâtissier avec des créations aussi belles que gourmandes, artiste peintre avec les différents styles de l'époque, gérant d'une plantation de canne à sucre en Crète où notre héros risquera sa vie. On notera d'ailleurs que ces professions ont toutes un fil conducteur au fur et à mesure que l'on avance : le sucre. Pour le premier il utilise pour créer, le second le représente dans ses œuvres et le dernier le produit. J'ai d'ailleurs particulièrement aimé le parallèle que fait Nicolas entre le sucre et son évolution au cours de la vie.


Un passionnant roman dans l'ancienne Venise mais un peu bancal au niveau des repères temporels.

vendredi 1 avril 2011

Les Coeurs Fêlés - Gayle Forman

Titre VO : Sister in Sanity
Titre VF : Les Coeurs Fêlés
Auteur : Gayle Forman
1ère Edition : 2007 (VO) - 2010 (VF)
Genre : Contemporain, Jeunesse
Pages : 223


N'avez-vous jamais fait ce rêve étrange et glaçant : celui où vous savez pertinemment que vous n'êtes pas folle mais où personne autour de vous ne semble du même avis ? Pour Brit, seize ans, ce cauchemar devient réalité le jour où son père la conduit de dorce à Red Rock, centre qui prétend mater les enfants rebelles. Brit doit y suivre une thérapie pour guérir des maux qui n'existent que dans la tête de son père. Dans cet enfer, elle se raccroche à des amies qui vont l'empêcher de sombrer dans la folie. Des amies qui vont l'aider à survivre. Ensemble, elles vont se redresser. Ensemble, elles vont résister.


J'ai découvert l'auteur Gayle Forman, au travers de "Si je reste", son premier livre paru dans nos vertes contrées que j'avais beaucoup aimé. J'attendais avec impatience la sortie en poche de ce livre, aussi dès sa sortie je me suis empressée de me le procurer, ce qui aura été au final sans aucun regret.
Dès le début du livre nous faisons la connaissance de Brit, une jeune adolescente de 16 ans, rebelle dans l'âme : tatouée, percée, membre d'un groupe de punk-rock. En résumé tout ce qui déplaît à sa belle-mère et son père, qui n'ont trouvé qu'une seule solution pour remettre la demoiselle dans le droit chemin : l'envoyer dans une académie particulière, qui se révélera être au final un camp de redressement pour adolescentes pire que le bagne.
A son arrivée dans la structure, Brit découvre l'endroit où elle va vivre pendant plusieurs mois : son classement des jeunes filles par niveau décidant ainsi des libertés auxquelles elles ont droit, une surveillance accru de chaque élément à problème, des thérapies comportementales complètement tordues, un personnel plus proche des gardiens de prisons que des éducateurs qu'ils sont censé être... On nous dépeint ici, un portrait très sombre des maisons de redressements. Le système d'apprentissage est très dur pour ces jeunes filles qui pourtant ne se sentent pas malade dans le têtes. La notion de "normalité" est donc au centre de toute l'histoire ainsi que celle du respect des croyances et des choix de chacun. Une adolescentes qui prend quelques kilos, une jeune filles aux penchants sexuels troublants, une autre qui a tenté de se suicider... sont-elles réellement le genre de personne qui ont besoin de faire partie de ce genre de centre ? De même ces demoiselles, subissent toute des psychothérapie qui n'en ont que le nom : se retrouver au centre des autres à se faire insulter, monter des murs de parpaing à longueur de jour ou subir des randonnées pédestre dignes de Koh-Lanta... Mais peut-on là encore parler de maladie pour ces jeunes filles.
A mesure que le temps passe, Brit fait également la connaissance d'autres pensionnaires qui ne rentrent pas dans le rang non plus au regard de leurs parents. Et pourtant, ces demoiselles vont malgré tout se lier d'amitié malgré leurs différences qui au final seront une de leur plus grande force. Vaincre l'adversité, qui ici se résumé à faire ferme se maudit camp, à l'aide de ses amis sera donc l'objectif final de ces demoiselles, qui malgré toutes les contraintes imposées par le camp, trouveront le courage de s'opposer à ce qui est établi. Ce qui était anormal pour leurs parent le devient pour elle. L'acceptation des choix de l'autre est donc un peu comme la morale de cette histoire.
Tout comme dans le précédent roman de l'auteur, la musique est présente dans "Les Cœurs Fêlés", Brit est membre du groupe de punk-rock nommé Clod, qui sont les meilleurs amis qu'elle avait avant de rentrer à Red Rock. Même loin d'eux, ces derniers n'auront de cesse de penser à elle et de le lui faire savoir. Ce qui sera très important pour elle, car ils lui redonneront courage à plusieurs reprise. Et lorsqu'ils viendront jouer un concert non loin de là, ce sera pour elle l'un des meilleurs moment de sa vie.
Côté personnages, la famille et Clod passent au second plan au profit de Brit et des demoiselles de la Red Rock Academy. Chacun d'entre elle ayant été admise pour un motif différents et avec des caractères différents, de quoi nous offrir une grande diversité de personnage. Au final, le résultat rend assez bien, d'autant plus que le mystère plane autour de certaines d'entre elles, ce qui titille fortement notre curiosité. Mon personnage préféré parmi tout ceux que nous découvrons dans ce roman restera sans conteste Virginia, alias V, dont les attitudes nous semble étrange dès le début et qui m'ont beaucoup intrigué. Du côté des adultes, on ne pourra que les détester tant le personnel de Red Rock que les parents eux-même. Car par moment, on peut se demander pourquoi ils tiennent tant à ce que leurs filles entrent dans le moule. Le personnel quand à lui, apparaissent comme inhumain et ne semble pas trop se soucier de ce pourquoi réellement leur établissement est fait.
Le style de l'auteur reste très agréable à lire bien qu'assez simple (après tout il ne faut pas oublier que le roman est destiné à la jeunesse), même si je trouve quand même que le portrait qu'elle nous brosse des maisons de redressements ou des centres d'aides aux adolescentes, difficile de dire quelle formule est la mieux adaptée, est relativement noir. Les quelques mots qu'elle nous offre en note à la fin du roman, insiste sur ce fait que c'est bel et bien une fiction et que si les choses ont été tant exagéré c'est voulu pour le roman.


Un roman passionnant sur le respect des choix de l'autre, bien qu'il soit dommage que la Red Rock Academy dans laquelle l'héroïne est envoyé soit un grosse caricature de ce genre d'établissement.