mercredi 14 août 2013

De Vampire en pire (Monster High, Tome 4) - Lisi Harrison

Titre VO : Back and deader than ever (Monster High, #4)
Titre VF : De Vampire en pire (Monster High, #4)
Auteur : Lisi Harrison
Éditeur : Castelmore
1ère Édition : 2011 (VO) - 2012 (VF)
Genre : Jeunesse, Fantastique
Pages : 325

Série Complète en 4 Tomes.

SPIN-OFF : Monster High de Gitty Daneshvari.


Les RADS sont libre et Draculaura (Lala) montre ses canines avec fierté. Mais quand Daddy Drac lui rend une visite surprise tout va devenir fou. Mr. D. pense que les RADS devraient avoir leur propre école, mais Lala n'est pas prête à renoncer aux droits pour lesquels ils se sont battus si durement. C'est le père contre la fille dans une bataille pour les étudiants de Salem. Malgré les nombreux défis, Lala est déterminée à sauver Merston High. Mais elle pourrait mourir deux fois en essayant...


Dernier tome de la saga 'Monster High', ce dernier va poursuivre l'histoire principale de la série tout en faisant la part belle à une nouvelles RAD : Draculaura.
Depuis le dernier opus, les Résistants à l'Apparence Dominante (RAD) sont enfin libre d'aller et venir à leur guise. En effet, ils sont désormais accepté au sein de la communauté de Salem sans pour autant avoir besoin de masquer ce qu'ils sont. La prochaine étape est que cette acceptation s'opère à une échelle plus large, et pour cela rien de mieux qu'un concours dont à la clé se trouve une mise en avant du lycée au niveau national. C'est Draculaura qui va se charger de géré tout ceci, afin de prouver à son père ses capacités de leader.

L'intrigue de ce tome est une nouvelle fois assez simple, on suit l'évolution de la situation des RAD d'une part et de l'autre un petit focus sur l'une des héroïne de la série. Au final, cela nous donne une histoire très rafraîchissante et sans aucune prise de tête. Je dois dire que j'ai pris pas mal de plaisir à replonger dans tout ce petit monde. Mais dans le fond, j'ai été un peu lassé par certains détails et à la longue j'avais quand même hâte de le terminer pour ne plus supporter ces petits défauts.
Au final, ce qui a su le plus me convaincre, c'est que l'on découvre au fil de cette saga comment est né le 'Monster High' que l'on connait au travers des autres support de la série (nettement la série d'animation).

Côté personnage, je ne reviendrais pas plus sur eux que ce que j'ai déjà parlé dans mes chroniques précédentes. Ce sont tous des ados stéréotypés au possible avec un certain attrait pour les marques, la mode et la célébrité. Mais ce qui m'a le plus déçue, voire gêné, c'était leur côté égocentrique. Tous ne voient pas plus loin que leurs petits nombrils et tournent chacune des situations vécues à leur avantage. Si l'auteur a souhaité mettre en avant le côté amical et solidaire des principaux protagonistes, j'ai trouvé ce dernier très loin comparé aux tomes précédents. Probablement car la question de reconnaissance de l'ensemble du groupe était déjà résolue.
On notera également que l'on découvre un peu mieux la personne qu'est Draculaura : une jeune fille terre à terre avec des préoccupations nobles (sauver les petits animaux c'est son dada), mais également une jeune fille qui ne rêve que d'un chose : une certaine reconnaissance de la part de son paternel.

Le style d'écriture de l'auteur est très marqué jeunesse une fois encore. Les évènements reste assez prévisibles et la manière de les raconté est proche de celle d'un jeune qui la raconte. Mais je dois dire que j'ai eu beaucoup de mal avec tout les jeux de mots plus ou moins vaseux fait par les protagonistes, selon leurs nature. Un peu ça va, mais là je trouvais que cela faisait un petit peu trop.

Enfin, 'Monster High' restera pour moi une série très fraiche mais à réserver malgré tout à un public jeunesse (aux alentour d'une dizaine d'années) afin de réellement profiter de l'histoire. Ceci dit, la série recèle de jolies histoires et de belles idées y sont véhiculées malgré tout.


Un fin de série globalement satisfaisante, mais qui fait ressortir les défauts de l'histoire et qui accentue de trop le côté jeunesse de cette dernière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire