samedi 25 juin 2011

Amours d'Enfer - Scott Westerfeld, Melissa Marr, Laurie Faria Stolarz, Justine Larbalestier & Gabrielle Zevin

Titre VO : Love is Hell
Titre VF : Amours d'Enfer
1ère Edition : 2008 (VO) - 2009 (VF)
Genre : Bit-Lit, Nouvelles, Young Adult
Pages : 256


Tomber amoureuse d'un fantôme, croire aux contes de fées, accepter l'impensable, se révolter contre un monde tout entier, sombrer dans la folie... Que ne ferait-on pas par amour ! Les héroïnes de ces nouvelles vont tenter leur chance au jeu de la passion, jeu de hasard et jeu dangereux.

UN MONDE (PRESQUE) PARFAIT - SCOTT WESTERFELD

Dans cette nouvelle, l'auteur nous transporte dans un monde futuriste où la technologie est devenue partie intégrante de nos vie. Dans ce monde parfait en tout point, nous faisons la connaissance de 2 adolescent qui, à l'occasion d'un cours sur notre époque, devront faire l'expérience de choses qui nous paraissent anodine mais qui pour eux sont extraordinaire : dormir, vivre les débordement hormonaux de l'adolescence, avoir un rhume... Et lorsque l'amour sera au rendez-vous le retour en arrière sera difficile.
J'ai beaucoup l'univers que l'auteur à créer, qui m'a un tantinet fait penser à celui de sa série Uglies. J'ai beaucoup aimé la façon dont est abordé notre univers vu par ces "étrangers" ainsi que la relation naissante entre les deux protagonistes principaux. Néanmoins, j'ai trouvé cela (trop) court, j'aurai bien aimé avoir une véritable histoire là dessus.

COUP DE FOUDRE - MELISSA MARR

Lorsqu'une jeune fille tombe dans le piège d'un selkie (créature imaginaire d'apparence humaine se transformant en phoque) en lui prenant sa peau malgré elle, sa vie se retrouvera chamboulée. Malgré toute sa volonté pour résister à ses charmes, elle ne saura plus différencier ce qui est vrai ou faux.
Le monde des fées est très vaste et c'est avec brio que Melissa Marr nous raconte une histoire avec des selkies que j'ai beaucoup aimé. La difficulté de l'héroïne à faire le point de ses sentiments et à savoir ce qui est du au sortilège ou pas, son envie d'aider l'homme qu'elle aime seront très bien décrit par l'auteur. Cette nouvelle est l'une de mes préféré de l'histoire, sans compter que les Selkies ne sont pas forcément très répandu dans la littérature imaginaire.

LE FANTÔME DE MES RÊVES - LAURIE FARIA STOLARZ

Depuis quelques temps, Brenda fait des rêves étranges où un jeune homme lui demande son aide, lorsqu'elle se réveille elle découvre chaque jour un nouvel hématome signe que ce ne sont pas forcément des rêves. Elle découvrira que ce jeune homme n'est autre que le fantôme d'un jeune homme qui cherche à reposer en paix. Mais peu à peu leur relation va devenir bien plus.
Une histoire de fantôme que j'ai beaucoup aimé. L'histoire de la mort de Travis était très intéressante, même si j'ai trouver que la façon de permettre à son esprit de reposer en paix était somme toute trop facile. En revanche, j'ai été beaucoup moins convaincue par l'évolution de leur relation, peut-on vraiment croire que Brenda tombe amoureuse d'un fantôme en toute connaissance de cause ? Néanmoins, j'ai assez bien aimé le parallèle entre le mort de Travis et celle de la petite sœur de Brenda, qui fera prendre conscience de certaines choses à la demoiselle.

LES LIENS DU SANG - JUSTINE LARBALESTIER

Dans un petit village qui semble coupé du monde, une jeune fille va vivre son rêve en épousant l'homme qu'elle aime. Mais ce dernier est considéré comme malfaisant du fait de la couleur de ses yeux, et leur union sera en très grand danger.
Une histoire que j'ai beaucoup aimé. La notion d'acceptation d'autrui est énormément présente dans cette dernière, ainsi que celle de vivre ses rêves coûte que coûte. Cette dernière étant la notion principale que l'on retiendra de cette dernière. J'ai beaucoup aimé la relation qui se construit de façon progressive entre Robbie et Jeannie, y comprit lorsque celui-ci ne sera plus là. L'idée d'un peuple de fée vivant sous-terre m'a énormément plu, j'aurais d'ailleurs beaucoup aimé en savoir plus sur eux.

CAPRICE DE FAN - GABRIELLE ZEVIN

Entre réalité et imagination, la vie de Paige bascule. Aaron son mystérieux petit-ami qu'elle ne peut montrer à quiconque est-il vraiment ce qu'il semble être ? Jusqu'à quel point un livre peut-il devenir réalité pour un fan ?
J'ai beaucoup aimé cette dernière nouvelle qui pose la question de la réalité et de la fiction. L'auteur nous décrit la relation naissante entre Aaron et Paige, mais ce dernier lui cache beaucoup de choses et lorsqu'il les lui révèle, la demoiselle ne semble pas se poser plus de question que cela. J'ai beaucoup aimé la difficulté de l'héroïne à se rendre compte de ce qu'elle vivait et de voir peu à peu sa descente dans le monde la folie.


Un receuil de nouvelles assez sympathique avec des histoires passionnantes, dont certaines sur lesquelles on aurait voulu en savoir plus. Le tout desservies par les superbes plumes d'auteur YA.

jeudi 23 juin 2011

4h44 (Les Ailes d'Alexanne, Tome 1) - Anne Robillard

Titre VF : 4h44 (Les Ailes d'Alexanne, #1)
Auteur : Anne Robillard
Editeur : Michel Lafon
1ère Edition : 2010 (VO) - 2011 (VF)
Genre : Jeunesse, Fantastique
Pages : 363


1. 4h44 || 2. Mikal || 3. Le Faucheur || 4. Sara-Anne || 5. Spirales || 6. Sirènes || 7. James.


A la mort de ses parents, Alexanne Kalinovsky est confiée à sa tante Tatiane dont elle ignorait jusqu'à présent l'existence. Rapidement, la jeune fille constate que cette dame n'est pas une personne ordinaire. Elle vit seule dans un immense manoir aux multiples chambres parfumées à l'encens...
Alors qu'elle a du mal à s'habituer à ce nouvel environnement, Alexanne découvre peu à peu l'histoire de ses origines et de ses dons particuliers, levant le voile sur l'héritage étrange dont sa famille l'avait tenue éloignée. Mais des événements imprévus viennent compromettre sa quête spirituelle. Car les bonnes fées ne sont pas toujours celles que l'on croit...


Je connaissais déjà Anne Robillard pour sa série des Chevaliers d'Emeraude dont j'avais lu le premier volume il y a longtemps (et que je compte bien poursuivre un de ces jours... si tant est que le tome auquel j'en suis soit enfin dispo à la médiathèque). Dans cette nouvelle série, nous nous retrouvons au Canada et plus particulièrement à Montréal où nous faisons la connaissance de la jeune Alexanne dont la vie va bien vite basculer. En effet, ses parents ont péri dans un accident de la circulation qu'elle a vu en rêve. Orpheline, la jeune fille est envoyé chez l'un des seuls membres de sa famille qui lui reste, une dénommée Tatiana Kalinovsky qui vit loin du monde et dont elle n'avais jamais entendu parler avant.
Si dès le départ, la demoiselle est bien décidé à la quitter pour retourner à Montréal dans une famille d'accueil, elle changera bien vite d'avis en apprenant à connaître sa tante. Cette dernière se révélera être une guérisseuse capable de parler aux anges, de voir les fées et de venir en aide aux autres. Peu à peu Alexanne découvre que ces capacités sont un don de famille qu'elle va développé petit à petit à mesure que l'on avance dans l'histoire. 
J'ai beaucoup aimé la façon dont la magie est présente dans l'histoire et que l'on découvre en même temps que la jeune fille. L'idée d'un cahier pour communiqué avec les anges, la présence de la petite fée Coquelicot, l'idée des réincarnation avec des dettes karmiques sont assez sympathique. En revanche, j'ai été beaucoup moins convaincue de la façon dont certains éléments apparaissent dans l'histoire, surtout dès les premiers temps où la jeune fille vit chez sa tante. J'ai eu la sensation que certains éléments arrivaient paf! comme ça parce que l'auteur avait envie de parler de cela. Même si cela nous permet de mieux comprendre certains éléments, j'ai trouvé ça dommage. Même si cela n'empêche pas de trouvé ces événements sympathiques. J'avoue avoir bien aimé le passage où l'on nous explique l'histoire du prénom de la jeune fille.
Après, il faut dire ce qui est, l'histoire reste relativement simpliste et pleine de bon sentiments auquel on accroche... ou pas. Autant pour certaines choses, cela reste crédible autant pour d'autre on trouve ça un peu exagéré. Bien entendu, il y aura un peu "d'action" dans ce livre principalement grâce à l'oncle de la demoiselle, qui fera son apparition plus tard et dont l'histoire sera le fil conducteur de toute la fin du livre, que j'ai préféré.
En revanche, j'ai été assez surprise de la rapidité avec laquelle la demoiselle change ses plans et préfère rester vivre chez sa tante plutôt que de mettre à exécution son plan de base : être désagréable au possible afin de retourner vivre à Montréal. L'histoire se déroulant sur seulement quelques jours, ce qui me rend assez perplexe. Mais en même temps je l'avoue, à sa place je crois que j'en aurait fait autant : entre une vie morne et banale en ville et une vie pleine de magie à la campagne, le choix se fait vite.
Les personnages ne sont pas si nombreux que cela, ce qui permet à l'auteur de bien nous les décrire et de nous raconté plus ou moins leurs histoire qu'elle paraisse ou non exagéré. Alexei sera sans aucun doute le personnage le plus torturé du livre, mais n'est-ce pas quand même un peu exagéré ? Alexanne de son côté sera toujours dans la découvre de ses capacité avec une curiosité débordante et un héroïsme à toute épreuve... mais un peu trop justement. En revanche, j'ai beaucoup aimé la tante Tatiana à la fois guide et mentor de la jeune fille mais qui cachera de nombreux secrets et l'on se doute qu'elle en aura d'autres a révélé. De même, j'ai adoré la petite fée Cocquelicot qu bien que personnage secondaire saura 'investir dans les événements à sa façon.
Le style de l'auteur reste très agréable à lire, même si l'on sent quand même qu'il s'agit d'un roman jeunesse de par sa simplicité, son abondance de dialogue et les éléments de mystère qui se révélés assez rapidement. On n'oubliera pas bien sûr une histoire d'amour qui se construit relativement vite entre Alexanne et le seule adolescent qu'elle a rencontré chez sa tante... Néanmoins, je suis curieuse de connaître la suite.


Une histoire pleine de magie assez sympathique mais qui n'est pas exempte de petits défauts qui peuvent parfois déranger la lecture.
Et je termine enfin cette chronique en remerciant Livr@ddict et les Editions Michel Lafon de m'avoir permit de découvrir ce livre.

mardi 21 juin 2011

C'est pour ça qu'on l'aime (Gossip Girl, Tome 5) - Cecily von Ziegesar

Titre VO : I like it like that (Gossip Girl, #5)
Titre VF : C'est pour ça qu'on l'aime (Gossip Girl, #5)
Auteur : Cecily von Ziegesar
Éditeur : Fleuve Noir
1ere Édition : 2003 (VO) - 2005 (VF)
Genre : Chick-Lit
Pages : 251

0.5. Nous étions fait pour nous entendre || 1. Ça fait tellement du bien de dire du mal || 2. Vous m'adorez, ne dites pas le contraire || 3. Je veux tout, tout de suite || 4. Tout le monde en parle || 5. C'est pour ça qu'on l'aime || 6. C'est toi que je veux || 7. Je suis parfaite, et alors ? || 8. Ma Meilleure Ennemie || 9. Même pas en rêve || 10. Comme si j'allais te mentir || 11. T'as pas intérêt à m'oublier || 12. Le Trio Infernal || 13. On n'en a jamais assez ! || 14. C'est quand tu veux ! || 15. C'est toujours mieux ailleurs || 16. On s'aimera toujours.
Série Complète en 17 Tomes.

SPIN-OFF : 'It Girl' de Cecily von Ziegesar.
ADAPTATION - Série TV : Gossip Girl (6 Saisons. Terminée).

Bienvenue à New York, dans l'Upper East Side, où mes amis et moi vivons dans d'immenses et fabuleux appartements, où nous fréquentons les écoles privées les plus sélectes. nous ne sommes pas toujours des modèles d'amabilité, mais nous avons le physique et la classe, ça compense.
Serena et Olivia son re-redevenues les meilleurs copines du monde. Et s'offrent, pour fêter ça, une semaine de ski à Sun Valley. Seulement voilà, ce qu'elles n'avaient pas prévu, c'est d'y retrouver Nate et Georgie, sa cinglée de petite copine, ainsi que l'ignoble Chuck Bass... coups bas, potins, cuites et rebondissements en perspective ! Sans compter Eriik, le sublissime grand-frère de Serena qui, Olivia en est certaines, sera l'homme avec lequel elle franchira le pas... y a plus qu'à !
Serena et Olivia vont-elles rester copines ? Serena va-t-elle enfin trouver le grand amour ? Le couple Nate et Georgie va-t-il résister aux multiples frasques de Georgie ? Vanessa et Dan vont-ils faire la paix ? Gossip Girl ouvre l’œil, les deux même ; elle vous dira tout...

Retour dans l'Upper East Side, où après les vacances de Février nous nous retrouvons plongés dans les vacances suivantes : celles de Pâques. Débutées avec une soirée avec tenue correcte exigée, nous partons par la suite au ski avec la majorité de nos héros : Serena, Olivia, Nate, Chuck, Georgie, Erik oscillent entre descentes à ski, plongeons dans le jacuzzi et délires total. Mais on reconnaîtra quand même que certains de leurs trips sont assez bizarre, mais heureusement pour eux, leurs parents veillent de loin. Et lorsque certains d'entre eux termineront en garde à vue, ils n'y resteront pas très longtemps et l'affaire sera bien vite étouffée... mais pas pour Gossip Girl, qui elle, veille au grain.
En parlant de la mystérieuse bloggeuse, cette dernière reçoit de nombreux message de ses lecteurs, qui tentent de la percer à jour. Lorsqu'elle leur donnera une occasion "officielle" de les découvrir, ces messieurs seront très surpris de découvrir que l'identité de Gossip Girl reste toujours autant floue. Le lecteur lui même se prend au jeu de deviner son identité, mais à mesure que l'on avance les pistes s'entrecroise et se brouille, mais l'on reste toujours aussi curieux de le découvrir.
Restés à New York, Vanessa, Dan, Jenny, Leo et Elise n'en reste pas moins inactif. Nous découvrons les parents de la première qui je l'avoue m'ont bien fait rire, surtout lorsqu'ils ont débarqué à la soirée huppée habillés en hippie. Dan de son côté décroche un contrat dans un journal littéraire très renommé en tant que stagiaire, mais ce rêve va très vite tourné au cauchemar. Jenny quand à elle file le parfait amour avec Leo, enfin presque car le jeune homme lui cache bien des choses. J'avoue avoir beaucoup aimé la petite histoire de ce petit couple, même si j'ai été un peu déçue de la façon dont elle se termine (bien que cela ne m'étonne pas des masses non plus).
Rebondissements, querelles amoureuses, ruptures, réconciliation et un peu de mystère sont donc le lot de ce livre, où la plume de Cecily von Ziegesar est toujours aussi agréable à lire. Quelques descriptions vestimentaires par-ci par là avec de grandes marques, mais plus dans l'action et le dialogue, de ce fait le livre se lit très rapidement et l'on a qu'une hâte : se plonger dans le volume suivant.

Les vacances de Pâques déjantés dans l'Upper East Side où l'on tente toujours de découvrir l'identité de la mystérieuse bloggeuse tout en vivant des jours déjantés.

vendredi 17 juin 2011

Terre d'Exil (La Légende de Drizzt, Tome 2) - R. A. Salvatore

Titre VO : Exile (Forgotten Realms : The Legend of Drizzt, #2)
Titre VF : Terre d'Exil (Les Royaumes Oubliés : La Légende de Dizzt, #2)
Auteur : R.A. Salvatore
Editeur : Milady, Fleuve Noir 
1ère Edition : 1990 (VO) - 1994 (VF)
Genre : Fantasy
Pages : 398


1. Terre Natale || 2. Terre d'Exil || 3. Terre Promise || 4. L'Eclat de Cristal || 5. Les Torrents d'Argent || 6. Le Joyau du Halfelin || 7. L'Héritage || 8. Nuit sans Etoiles || 9. L'Invasion des Ténèbres || 10. Une Aube Nouvelle || 11. Lame Furtive || 12. L'Epine Dorsale du Monde || 13. La Mer des Epées.
Extras : La Légende de Drizzt, le Guide.
Série complète en 13 Tomes + 1 Guide.

ADAPTATION - Comics : Terre d'Exil (Les Royaumes Oubliés : La Légende de Drizzt, Tome 2) de R.A. Salvatore, Andrew Dabb & Tim Seeley.


Drizzt a quitté Menzoberranzan, sa ville natale, pour gagner les régions sauvage de l'Outreterre. C'est le début pour lui d'une vie d'errance et de traque. Car Drizzt doit devenir un chasseur s'il veut prendre le desss sur les créatures qui rôdent dans les profondeurs. Il peut heureusement compter sur l'aide de Guenhwyvar, sa fidèle panthère magique. Mais le jeune elfe noir n'est pas seulement confronté à la sauvagerie des contrées hostiles, il doit aussi faire face à une menace bien plus ancienne : sa famille ne l'a pas oublié et sa mère, la maléfique Matrone Malice, tient à resserrer les liens du sang... jusqu'à ce que mort s'en suive.


J'ai pris beaucoup de plaisir à suivre de nouveau les aventures de Drizzt, l'elfe noir. A la fin du volume précédent, nous l'avions laissé loin de sa cité natale dont il venait tout juste de s'enfuir. Nous allons ici découvrir sa vie hors de la cité Drow, qui au final ne sera pas tant que cela une vie mais une survie. Ce sera également l'occasion pour nous de faire connaissance avec les autres créatures et peuples qui vivent en Outreterre certaines plus ou moins pacifiques que d'autres. J'ai beaucoup aimé certains peuples qui nous ont été présentés, notamment les svirfnebelins (alias les gnomes des profondeurs). Le deuxième peuple que nous allons découvrir de façon un peu plus particulière sont les illithid (alias les flagelleurs mentaux), eux en revanche beaucoup moins agréables et que l'on a surtout pas envie de croiser au coin de la rue, pour les curieux ce sont les créatures illustrés sur la couverture en compagnie de notre ami drow et qui... mange les cerveaux quand ils sont pas content. *beurk beurk*
Mais les peuples de l'Outreterre que rencontre Drizzt ne sont pas les seuls que nous suivons. Nous retournons aussi de temps à au à Menzoberranzan, la cité natale de notre héros et plus particulièrement auprès de sa famille qui le pourchasse afin de regagner les faveur de Lolth, leur déesse. Et pour cela, ils n'ont qu'une solution : se débarrasser de Drizzt. Mais lorsque les moyens conventionnels ne suffiront pas, Matrone Malice (leur mère, et la chef de clan) décidera d'invoquer une puissante magie capable de ramener les morts à la vie, afin que le père du renégat accomplisse le travail. J'ai beaucoup aimé cette idée ainsi que le rituel présenté pour utilisés cette magie. Par la suite nous voyageront en compagnie de Zaknafein devenu un esprit fantôme (et qui sera à l'origine du méga fou rire que je me suis prit dans les derniers chapitres).
Côté personnage, nous suivons donc Drizzt au gré de ses découvertes et surtout comment il survit dans ce monde. La dualité entre son instinct de chasseur et son humanité (si on peux le dire comme ça) est très fragile et nous observons comment notre héros lutte entre les deux personnalités. Si notre ami drow fera des rencontre dans ce livre, qui se termineront pas de sincères amitiés, on regrettera cependant que ces derniers n'étaient en fait que de passage dans les aventures de Drizzt. J'ai beaucoup apprécier le personnage de Belwar, un svirfnebelin qui a une pioche et un marteau a la place de ses mains, qui sera assez important dans l'histoire, car c'est grâce à lui que notre héros à la peau d'ébène retrouvera une certaine stabilité dans son esprit. Et bien entendu, n'oublions pas Guenhwyvar la sombre panthère qui ne quitte jamais Drizzt et qui sera toujours sa plus précieuse alliée, dans toutes les circonstances.
Peu de descriptions, mais beaucoup d'actions et de dialogues sont le lot de ce livre, qui nous trasnporte dans ce sombre univers auprès de ces héros si particuliers. Magie et complot en font également partie ce qui rend ce livre encore plus captivant, je n'ai qu'un hâte à présent lire la suite. (Et j'espère cette fois-ci ne pas mettre 2 ans entre les tomes...)


Passionnant et haletant, on a du mal à lâcher le livre tant l'on se retrouve prit dans cet univers si mystérieux et riche.

mardi 14 juin 2011

La Forêt des Damnés (La Forêt des Damnés, Tome 1) - Carrie Ryan

Titre VO : The Forest of Hands and Teeth (The Forest of Hands and Teeth, #1)
Titre VF : La Forêt des Damnés (La Forêt des Damnés, #1)
Auteur : Carrie Ryan
1ère Edition : 2009 (VO) - 2010 (VF)
Genre : Horreur, Dystopie, Jeunesse
Pages : 437


0.5. Hare Moon || 1. La Forêt des Damnés || 2. Rivage Mortel || 3. The Dark and Hollow Places.
Série complète en 3 Tomes + 1 Nouvelle.


Mary habite un village entouré d'une clôture. Derrière, les Damnés, revenus de la mort, rôdent dans la forêt, avides de chair humaine. Promise à Harry, Mary vit une passion interdite avec Travis, le fiancé de sa meilleure amie. Pourtant, elle rêve d'un ailleurs. Mais comment franchir la Forêt des Damnés ?


En ce moment, je suis un peu dans ma période zombie, voire perso dark. La Forêt des Damnés est un livre qui me tentait déjà depuis quelques temps (en partie à cause de la sortie récente de sa suite et de sa ré-édition en poche). Dans l'ensemble, j'ai assez bien aimé le livre, même si je m'étais attendue à une fin toute autre (du moins pour tout les personnages sauf Mary...).
L'univers crée par l'auteur est assez intéressant. Il nous fait découvrir un village qui serait le dernier refuge de l'humanité suite à une catastrophe que ses habitants appellent le Retour, et qui a provoqué l'apparition des Damnés. Ce village est complètement refermé sur lui même et bordé d'une clôture qui se veut infranchissable. De l'autre côté de cette dernière se trouve La Forêt de Mains et de Dents (qui je le précise est la traduction littérale du titre VO et qui retranscrit beaucoup mieux le contexte dans lequel on évolue que celui qu'on nous offre en VF), où grouille des tas de zombies. Ce contexte a pas mal fait sourire mon petit côté gameuse de l'époque où je jouait à Hordes (un jeu en ligne de survival horror dans un monde post-apocalyptique remplit de zombie) car j'ai trouvé de nombreux parallèle entre les deux : organisation d'une société, barricades, nourriture rationnée et produite avec les moyens du bord, Gardiens. Je l'avoue tout ceci m'a permit de bien entrer dans l'histoire. On découvre toute l'organisation du village grâce à notre héroïne, mais malgré tout je reste encore assez perplexe sur la Congrégation et son existence dans un tel univers, surtout après ce que l'on nous montre dans le second village.

Côté personnage, nous suivront en premier lieu Mary sur qui le sort ne va cesser de s'acharner et qui se retrouvera pratiquement seule au monde dans son village. Mais ce que j'ai assez apprécier chez elle, c'est que bien qu'elle semble subir tout ça d'une certaine façon, elle n'hésitera pas à défendre ses rêves et ses convictions afin qu'ils se réalisent. Par la suite, on élargira les personnages jusqu'à un groupe de 7 personnes et d'un chien (oui j'insiste, parce que je l'ai adoré) qui vont devoir survivre plus durement qu'ils ne devaient le faire dans leur village. Leur voyage constituera le gros du récit chacun ayant malgré tout ses motivations personnelles pour avancer. Si les moyens de parvenir à leurs fins sont les mêmes, leurs rêves en revanche ne le sont pas, ce qui nous donne une très grande richesse au niveau des personnages : voir l'océan, voir la fin de la Forêt, fonder une famille, assurer la suite de l'humanité... Néanmoins, je suis resté très déçue du devenir de ce groupe de personnage, s'ils sont tous relativement sympathique je n'ai pas du tout aimé la façon dont certains ont terminé l'histoire, ce qui m'a donné une impression de "dommage collatéraux dans la réalisation du rêve de notre héroïne". Après, je reconnais que c'était logique, mais je m'attendais à radicalement autre chose.

Le style de l'auteur est très agréable et nous plonge complètement dans l'ambiance. Les descriptions sont certes courtes mais suffisent à nous faire visualiser cet univers. Le seul bémol que je reprocherait c'est cette histoire avec les chiffres romains. Je veux bien que avec le temps ça se soit perdu comment on les lit, mais les personnages m'ont donné l'impression de ne faire aucun effort pour les comprendre, d'autant plus que c'était un élément clé de l'histoire. Malgré tout, je suis quand même curieuse de découvrir la suite des aventures de Mary, que je lirai à coup sur dès que j'en aurais l'occasion.


Une histoire captivante, des personnages riches malgré quelques petits couac au niveau de l'histoire.

jeudi 9 juin 2011

La Vie à Reculons - Gudule

Titre VF : La Vie à reculons
Auteur : Gudule
1ère Edition : 1994
Genre : Contemporain, Jeunesse
Pages : 190


Thomas a quinze ans. A la suite d'une transfusion sanguine, il est devenu séropositif. Pour lui aucune différence : il veut vivre comme tout le monde, sans le mépris et surtout sans la pitié des autres. Ses parents ont d'ailleurs fait promettre le secret au proviseur de son collège. Mais quand Thomas tombe amoureux d'Elsa, la mécanique de la peur et de l’ignorance se met en marche.


La vie a reculons nous transporte dans une classe de quatrième au sein d'un collège tout ce qu'il y a de plus banal, et plus précisément aux côté de Thomas, alias le Grand Bleu, et d'Elsa. Deux adolescents qui ne se connaissaient pas avant la rentrée scolaire, mais qui peu à peu vont se rapprocher l'un de l'autre... Jusqu'au jour où le secret de Thomas sera connu de tous : il est atteint par le VIH.
Entre l'incompréhension des uns, les préjugés des autres et surtout l'ignorance de tous, Gudule nous brosse un portrait relativement noir du rapport aux autres alors que l'on est atteint d'une maladie incurable. J'avoue avoir été très surprise par la façon dont les camarades de Thomas ainsi que le corps enseignant traitaient le jeune homme. Ce qui me venait à l'idée lorsque je lisait ces passage était l'image d'un pestiféré rejetés de tous. Insultes de la part de ses camarades, mises à l'écart par des jeunes pour qui tout contact avec le Grand Bleu était synonyme de passage du virus. Néanmoins, le jeune homme ne se laisse pas faire et revendiquera son droit d'être traité de la même façon que n'importe quel élève. Se faire accepter par les autres alors que l'on est différent sans l'avoir demandé. Car je le rappelle, Thomas a contracté le virus de façon accidentelle suite à ne transfusion. De nos jours ce type d'événement reste relativement rare (et je sais de quoi je parle), mais lorsque l'on se rend compte que le livre date de 1994, on ne peut s'empêcher de penser à la propagation du virus durant les années 80-début 90 et à la grande peur qui s'est fait la place dans la tête des gens.
Le passage qui m'aura le plus marqué sera sans conteste celui de la piscine, où le proviseur exclu l'adolescent du cours à cause de la pression des parents des autres élèves qui craignent que le virus se transmette par l'eau. Certes, le collège semble recevoir principalement les élèves de famille défavorisés (et donc pas nécessairement au point sur la pathologie), j'ai trouvé ça quand même assez gros. Le principal se la jouant "politique de l'autruche" m'a paru antipathique alors que dans le prologue il avait promis aux parents de Thomas de s'occuper de lui comme n'importe quel autre élève. Après je pense que j'ai été assez surprise par les inepties de ces préjugés car, avec mes études, je sais vraiment de quoi il en retourne avec cette maladie. Néanmoins, le livre nous offre une très belle approche de cette dernière avec très gros message d'espoir dedans.
Les personnages sont principalement les collégiens et camarades de Thomas, ainsi qu'une bande de loubard qui terrorisent ces derniers. Finalement, ce ne seront pas ceux que l'on croit forcément qui traiteront Thomas comme un de leur semblable. J'ai assez aimé le personnage principal qui souhaite plus que tout être normal alors que tout autour de lui on fait des manière et on le considère comme une petite chose fragile. Mais qui trouvera malgré tout la force de se rebeller contre ça. Elsa, la jeune demoiselle dont il tombe amoureux, est une charmante demoiselle qui rêve du grand amour. Si sa relation avec le Grand Bleu connaîtra des hauts et des bas, elle trouvera néanmoins le courage de passer outre les préjugés et le regard des autres pour se concentrer sur ce qui compte vraiment pour elle : leur amour. Enfin, le dernier personnages que j'ai beaucoup aimé est Laurence la bibliothécaire, bien que personnage secondaire, elle sera une grande ressource pour l'ensemble des adolescent du livre.
Le style d'écriture de Gudule est très agréable à lire. Simple et fluide, on ne voit pas les pages qui défilent tant l'on est prit par l'histoire. J'avoue qu'après avoir tourné la dernière page j'ai été surprise de l'avoir déjà terminé. Mention spéciale également aux quelques illustrations qui ponctuent le livre qui rendent bien l'atmosphère des scènes qu'elles représente. Mon seul regret en revanche sera qu'elles ne sont pas en accord avec la couverture du livre (que ceci dit je trouve très jolie, bien que celle de l'ancienne édition soit plus dans cet univers).
Toujours conquise par les histoires de Gudule (dont j'avais déjà lu "La Bibliothécaire" il y a des années que je vous recommande chaudement), je compte bien poursuivre ma découverte des titres de cette auteure, avec pourquoi pas ses romans "adultes".
Pour conclure, je tiens à dire un gros merci aux membres de Livraddict qui m'ont conseillé cette lecture lorsque j'ai lancé un avis de recherche à propos de romans traitant du VIH. Je ne regrette pas cette lecture qui a été une belle expérience.


Une histoire prenante où l'on suit le parcours difficile d'un adolescent contre les préjugés et les idées fausses.

mercredi 8 juin 2011

Le Passage de Pierre (Les Nains, Tome 1) - Markus Heitz

Titre VO : Die Zwerge
Titre VF : Le Passage de Pierre (Les Nains, #1)
Auteur : Markus Heitz
Editeur : Milady. Exite aussi en Intégrale paru chez Bragelonne.
1ère Edition : 2004 (VO) - 2008 (VF)
Genre : Fantasy
Pages : 402


1. Le Passage de Pierre || 2. Lame de Feu.
Série Complète en 2 Tomes.


Lorsque s'effondre le passage de Pierre que les Nains gardaient depuis toujours, Orcs et Ogres déferlent sur le Pays Sûr. C'est le jeune Nain Tungdil qui donne l'alerte. Envoyé en mission par son père adoptif, la Mage Lot-Ionan, il découvre l'armée qui avance sur le pays. A la tête de cette force invasion, les Albes, êtres cruels et maléfiques, ont le pouvoir de ramener les morts à la vie. Tungdil n'a pas d'autre choix, s'il veut sauver Hommes, Elfes, Mages et Nains du péril imminent, que de devenir un héros.


Je le dit tout de suite, à l'origine les Nains ne font pas particulièrement partis de mes peuples préféré dans les univers fantasy, et je dois dire que ce livre m'a fait changer d'avis. Tungdil, est un né qui a grandi loin de son peuple et qui n'a un savoir que livresque sur ces derniers. C'est au travers de ce personnage que petit à petit nous allons en savoir un peu plus sur ce peuple fier et bagarreur. Envoyé en mission par Lot-Ionan le Mage, il fera la connaissance des jumeaux Boïndil et Boëndal envoyé pour le ramener au sein de leur peuple, puisqu'il n'est autre que l'un des prétendant au trône officiel. Néanmoins, avant de les accompagné, Tungdil souhaite malgré tout mener à bien la mission confié par son père adoptif, mais il est bien loin de se douter de tout les événements qu'il vivra. Plus de 1000 ans auparavant, les gardien du passage de Pierre ont malheureusement échoué à leur devoir laissant ainsi les Orcs, les Ogres et les Albes envahir le Pays Sûr qui, à mesure que l'histoire de nos héros avance, n'en aura bientôt plus que le nom. Villages massacrés, cadavres profané voire dévorés... Telles seront les scènes dont seront témoin nos 3 héros avec parfois des scènes qui pourraient limite retourner l'estomac des plus fragile si elles étaient plus décrite, cela ne gâche en rien la lecture et permet au lecteur de se les imaginer à sa guise. Mais les trahisons et les supercherie seront également présentes tout au long de l'histoire... 
Trahisons, supercherie, complot et j'en ponctueront le livre et se succéderont à vitesse grand V. Nous oscilleront principalement entre 3 point de vue de l'histoire : celui de Tungdil et ses amis, témoins de toutes les horreurs perpétuées par le Pays Mort ; celui des mages qui tenteront de renverser le cour des choses (je ne vous spoilerais pas grand chose en vous disant que ce fut sans succès) et enfin celui de la cour Naine où l'on attend avec impatience l'arrivée du successeur potentiel.
Markus Heitz nous offre toute une panoplie de personnage aussi divers que variés : albes, humains, orcs, elfes, nains, mages et dans une moindre mesure les ogres. Si ce livre me réconcilie un peu avec le peuple Nain dont j'ai apprécier ma découverte en même temps que Tungdil (la conversation sur les Naines est LE passage qui m'a fait le plus rire), les Mages sont également assez intéressant même si j'ai eu la sensation qu'il manquait un petit quelque chose, mais je n'aurais su dire quoi. Enfin, le peuple que j'aurais le plus apprécier dans ma lecture, même s'il reste quand même encore un peu dans le flou, est celui des Albes les cousins maléfiques des elfes. Autre petit point qui m'a énormément plu au cours de ma lecture, c'est la présence de la haine ancestrale entre Nains et Elfes, même si au final on ne sais toujours pas vraiment comment cela a commencé (mais on nous donne quelques pistes).
Le style de l'auteur est assez agréable à lire, principalement dans l'action et le dialogue il nous offre quand même quelques descriptions qui laisse l'esprit du lecteur vagabonder. Néanmoins, dans les premiers chapitre j'ai eu un peu de mal à suivre les événements d'un point de vue chronologique. Certains événements se déroulant avec 1 an d'écart alors que j'étais persuadée que tout se passait en même temps. Cela m'a un peu troublée mais au final tout est recadrer et l'on ne perd en rien le gout de la lecture.
Le livre se termine par une compétition entre Tungdil et l'autre prétendant au trône qui doivent forger une lame spéciale mais qui peut être salvatrice pour le Pays Sûr. Je suis très curieuse de lire le second et dernier volume pour voir comment tout ceci se terminera et de savoir lequel des deux nains montera sur le trône.


Un récit captivant où se mêlent différents peuples principalement basé sur l'action où les évènement défilent à toute allure. 

jeudi 2 juin 2011

Hex Hall (Hex Hall, Tome 1) - Rachel Hawkins

Titre VO : Hex Hall (Hex Hall, #1)
Titre VF : Hex Hall (Hex Hall, #1)
Auteur : Rachel Hawkins
1ère Edition : 2010 (VO) - 2010 (VF)
Genre : Fantastique, Jeunesse
Pages : 300


1. Hex Hall || 2. Le Maléfice || 3. Le Sacrifice.
Série Complète en 3 Tomes.


Vous êtes sorcière ? Loup-garou ? Vampire ? Métamorphe ? Hex Hall est un lycée pour vous.
Quand on est expédiée à Hex Hall pour usage inapproprié de la magie, qu'on doit empêcher une vampire aux cheveux roses de prendre feu, lutter contre trois ravissantes sorcières aussi dangereuses que des top models en manque de magazines et résister à un séduisant sorcier très très agaçant, on n'a aucun besoin qu'une élève soit retrouvée vidée de son sang. C'est pourtant ce qui arrive à Sophie Mercer, une sorcière qu'il ne faut surtout pas énerver...


L'histoire de Hex Hall nous transporte dans une école où cohabitent de nombreuses créatures magiques : fées, loup-garous, métamorphes, sorcières noires ou blanche. Une idée assez orinale qui nous change énormément des écoles plus centré sur un seul type de ces personnages fantastiques. Nous faisons la connaissance de Sophia Mercer (mais qui préfère se faire appelée Sophie) qui, suite à un sortilège qui a mal tourné, se retrouve envoyé dans cette école jusqu'à ses dix-huit ans. C'est en sa compagnie que nous allons découvrir cet établissement ainsi que ses occupants d'origines variés. dès son arrivée, la jeune demoiselle a faillit se faire dévorer par un loup-garou, apprend que sa colocataire est une vampire et esquive les tentatives d'enrôlement de 3 sorcières noires. Une rentrée pas de tout repos pour notre héroïne. On regrettera malgré tout que l'histoire ne développera pas davantage certaines des créatures présentes à l'école comme les loup-garou et les fées. Certes, on connais un peu les bases pour ces peuples, mais j'aurais été curieuse de voir quelle vision l'auteur nous aurait fait découvrir, peut-être dans les prochains volumes.
Sophie est une lycéenne tout ce qu'il y a de plus normal, enfin presque : c'est une sorcière noire, qui tentera de rendre la vie facile à une de ses amis mais le sort marchera un petit peu trop bien. La jeune fille est alors considérée comme dangereuse par les siens et est donc envoyé dans cette école. Notre héroïne semble au premier abord doté d'un caractère assez fort, mais à mesure que j'avançais dans le livre, j'avais la sensation de m'être trompée à son sujet. La demoiselle est plus spectatrice qu'autre chose dans l'histoire, et ce même si dans les 100 dernières pages elle se décidera à agir suite aux attaques de sorcières qui eurent lieu dans son école. Le reste étant consacré principalement à son école et au triangle amoureux entre elle-Archer-Elodie. Néanmoins, j'ai trouvé son contexte familial (que l'on découvre de plus à plus à mesure que l'on avance) assez original et j'ai vraiment envie d'en savoir un peu plus sur sa famille. Pour ce qui est des autres élèves de l'école, il faut le dire, on y retrouve de très gros clichés : le bad-boy ténébreux dont l'héroïne tombera amoureuse, la blonde hyper sexy/jolie et petite amie de ce dernier, la vampire discrète et renfermée sur elle-même, la directrice d'école maternelle au possible, l'un des professeur qui ne peut pas encadrer Sophie à cause de ses origines... Certains de ces petits point n'ont pas été sans me rappeler une autre histoire...
Le style de l'écriture de l'auteur est très agréable, simple et fluide. Les événements se déroulent à vitesse grand V, à tel point que l'on ne voit pas forcément s'écouler le semestre à Hex Hall. Mais l'univers étant assez riche et assez développer sur certains point, cela fait un peu remonter les petits défauts que j'ai pu citer un peu plus haut. J'ai tout particulièrement apprécier les histoires sur L'Occhio di Dio, sur lequel j'ai d'ailleurs envie d'en savoir plus.
La fin du livre malheureusement passe trop vite. Tout (ou presque) est conclu dans les 3 ultimes chapitres avec parfois l'impression que c'est un peu un coup de bol pour Sophie. Néanmoins, la lecture de ce livre n'en reste pas moins très divertissante et parfaite pour un moment de détente.
Enfin, mention spéciale pour la couverture du livre que je trouve très jolie et qui représente bien le contexte du livre (surtout à partir de la moitié).


Une lecture rafraîchissante dans une école aux élèves très variés, mais qui n'est pas exempt de petites défauts.

mercredi 1 juin 2011

L'Anniversaire du Chat Assassin (Le Chat Assassin, Tome 4) - Anne Fine

Titre VO : The Killer Cat's Birthday bash (The Killer Cat, #4)
Titre VF : L'Anniversaire du Chat Assassin (Le Chat Assassin, #4)
Auteur : Anne Fine
Editeur : L'Ecole des Loisirs. Existe également en intégrale comportant les 4 premiers volumes de la saga édité chez L'Ecole des Loisirs.
1ère Edition : 2008 (VO) - 2010 (VF)
Genre : Comédie, Jeunesse
Pages : 70


Série complète en 5 Tomes.


Je suis sous le choc. Que diriez-vous si, au lieu de fêter dignement votre anniversaire, vos maîtres organisaient une soirée entre voisins pour ce stupide Halloween ? Voilà des gens qui vous nourissent, vous câlinent, vous font croire que vous faites partie de la famille, et qui préfèrent les fantômes et les vampires à leur propre chat ! Est-ce ma faute à moi si je suis né un 31 octobre ? Tuffy est en rogne mais bien décidé à organiser sa propre fête avec les matous du quartier. Tout bien considéré, la nuit d'Halloween convient comme un gant à l'anniversaire d'un chat assassin...


Découvert par pur hasard dans les dernières nouveauté de la médiathèque, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce dernier volume des aventures de Tuffy, le chat assassin. Cette fois-ci, point n'est question de crime. Le félin découvre avec horreur que sa date de naissance coïncide avec la fête d'Halloween, et que sa famille ne lui fera pas de fête pour son anniversaire. Mais Tuffy tient absolument a la fêter comme il se doit en compagnie de ses amis du quartier : les chats, dans une écurie non loin de là. Mais la fête des félins tournera bien vite à la catastrophe, lorsque les chiens du coin prendront leur revanche car ils n'y ont pas été conviés.
Humour à gogo, dans ce volume qui se lit très vite, même si malgré tout on n'éprouvera pas le même plaisir à suivre le péripétie de notre criminel aux pattes de velours. Néanmoins, on regrettera que le côté "assassin" de notre héros soit complètement passé aux oubliettes dans cet épisode, bien que cela ne nous empêchera pas de l'apprécier. J'ai beaucoup aimé le passage où Tuffy et ses amis discutent de l'organisation de la fête d'anniversaire, avec notamment le passage où ils décrivent les cheveux, cela m'a bien fait rire.
Le style d'écriture d'Anne Fine reste égal à lui-même : très simple et facile à lire. Sans compter que l'histoire est ponctuée par des dessins représentants certaines scènes, qui ajoutent une bonne dose d'humour à l'histoire en elle-même.


Un tome toujours aussi hilarant, mais où le côté criminel de notre héros passera hélas à la trappe.