jeudi 2 juillet 2015

Les Dix Enfants que Madame Ming n'a jamais eus - Eric-Emmanuel Schmitt

Titre VF : Les Dix Enfants que Madame Ming n'a jamais eus
1ère Edition : 2012
Genre : Contemporain
Pages : 96


Madame Ming aime parler de ses dix enfants vivant dans divers lieux de l’immense Chine. Fabule-t-elle, au pays de l’enfant unique ? A-t-elle contourné la loi ? Aurait-elle sombré dans une folie douce ? Et si cette progéniture n’était pas imaginaire ? L’incroyable secret de Madame Ming rejoint celui de la Chine d’hier et d’aujourd’hui, éclairé par la sagesse immémoriale de Confucius.


Eric-Emmanuel Schmitt est l'un des auteurs contemporain dont il m'arrive de lire ponctuellement des titres  et de les apprécié. Aussi n'ai-je pas trop hésité avant de me plonger dans ce court roman qui nous est présenté comme un petit conte autour de la culture chinoise.
Ici l'on nous propose de découvrir la vie d'une chinoise un peu hors norme puisqu'elle a eu dix enfants. Au cours de la centaine de pages qui compose ce récit, Madame Ming va raconter au narrateur la vie de sa progéniture malgré le scepticisme de ce dernier.

Ce court roman nous propose de suivre les pérégrinations d'un homme d'affaire en Chine où il se rend pour affaire justement. Au cours de son séjour là-bas, il va être amené à rencontré le personnage de Madame Ming qui travaille comme dame pipi dans l'hôtel où il réside. Si leur relation va commencer sur des politesses, elles vont bien vite devenir de plus en plus longue entre eux, à tel point que le narrateur passera beaucoup de temps en compagnie de la vieille femme. Elle va donc raconté les vies extraordinaires que mène ses dix enfants dans le pays où le gouvernement ne permet d'en avoir qu'un. Le narrateur n'est pas dupe et ne prend pas pour argent comptant tout les mots qui sortent de la bouche de la femme... jusqu'à ce que l'une des filles de Madame Ming viennent la voir, donnant corps à ses dires... jusqu'à ce que la vérité éclate.
On nous propose ici une histoire assez jolie et pleine de bons sentiments. Madame Ming est fière comme un paon de ce que sont devenus ses enfants et n'hésite pas à le faire savoir. Le lecteur arrive à être pris dans le jeu du roman et devient de plus en plus curieux de découvrir les destinées fantastiques de ces enfants, tout en gardant un peu derrière l'oreille que légalement avoir dix enfants est impossible en Chine.

Le style de l'auteur est assez joli à lire. En moins de 100 pages, Eric-Emmanuel Schmitt arrive à nous faire accroché à son histoire et à nous attacher à ses personnages. C'est plein de finesse et on ne peut s'empêcher d'en retirer de très belles paroles ô combien vraie.


Un très joli histoire empreint de douceur. Une réussite malgré un nombre de pages assez court, j'en aurait même voulu plus !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire