mercredi 7 octobre 2015

The Héroïc Legend of Arslan, Tome 1 - Hiromu Arakawa & Yoshiki Tanaka

Titre VO : Arslan Senki, #01
Titre VF : The Héroïc Legend of Arslan, #01
Auteurs : Hiromu Arakawa & Yoshiki Tanaka.
Editeurs : Kurokawa
1ère Edition : 2014 (VO) - 2015 (VF)
Genre : Shônen
Pages : 198


Tome 1 - Tome 2 - Tome 3 - Tome 4 - ...
Série en cours.

ADAPTATION - Anime : Arslan Senki (2015. 1 Saison)


À la frontière de l'Orient et de l'Occident se trouve le prospère royaume de Parse tenu d'une main de fer par le redoutable roi Andragoras. Avec sa frêle carrure et son maniement approximatif des armes, difficile pour le jeune prince Arslân de revendiquer son statut d'héritier du trône. Alors âgé de 14 ans, il va prendre part à sa première bataille afin de repousser l'envahisseur dans la plaine d'Atropathènes. Un jour marqué du sceau de l'infamie qui fera basculer à jamais son destin et celui du royaume de Parse.

J'apprécie beaucoup le travail d'Hiromu Arakawa, aussi lorsque cette nouvelle série fut annoncé me suis-je empressée de me la procurer. Si j'ai un peu laissé traîner ma lecture, je ne la regrette en rien.

Ce manga est en réalité une adaptation du light novel du même nom, écrit par Yoshiki Tanaka. L'histoire est celle d'Arslan, un jeune prince parse, qui vit dans son petit cocon au palais, qui va bien vite se confronté au monde extérieur et surtout à la guerre dont il deviendra une des cibles privilégiées.
L'intrigue de ce premier opus se découpe sur 2 temps. Un premier qui se déroule alors que notre jeune héros est alors âgé de 11 années. Il passe son temps enfermé au palais à s'entraîné au maniement de l'épée afin de pouvoir succéder dignement à son père Andragoras III, un puissant roi et seigneur de guerre. Mais voila que lors d'une promenade dans la capitale, le jeune garçon se fait prendre en otage par un gamin de son âge appartenant à un peuple ennemi : les lusitaniens. Cet épisode va beaucoup le toucher et le faire réfléchir sur la manière dont la société de son royaume est construite. Puis, dans un deuxième temps, on bascule 3 ans plus tard où Arslan va enfin participer à sa première bataille, celle d'Atropathènes, dans laquelle il espère s'illustrer pour les beaux yeux de son père... mais tout ne se passera pas comme prévu pour les parses.
Bon, je l'avoue, je connaissait déjà une bonne partie de l'histoire dans la mesure où je regarde également l'adaptation en anime de cette dernier. Adaptation plutôt en avance vis-à-vis des parutions du manga. Néanmoins, j'ai pris beaucoup de plaisir à redécouvrir comment tout a commencé. Arslan qui a grandit dans un cocon ne se doute pas une seule seconde de comment est la vie ailleurs mais aussi et surtout de la terreur qui va de pair avec une guerre. En effet, la période de la guerre est présente sur deux bons tiers du roman. Il y a du sang et des morts. Beaucoup même. Pour finir par arriver à un complot qui visait à renverser sa famille de manière définitive. A ce jour, les intentions des ennemies sont assez floues, on sait juste qu'il y a une histoire de vengeance derrière tout ça, mais on a du mal à voir où l'on va aller. En soi, ce n'est pas un mal puisque notre curiosité est titillée et que l'on souhaite connaître la suite
L'univers est plutôt intéressant même si peu d'éléments sont à notre disposition pour bien le cerner. On sait juste quelques éléments sur la société parse, son organisation sociale et quelques notions de sa religion, ainsi que quelques unes de ses relations politiques. Ce sont surtout ces deux éléments qui vont être mis en avant dans la mesure où ce sont les point qui vont amené à la bataille d'Atropathènes. On sent que l'on ne fait qu'effleurer certains point et que ces derniers vont être plus ou moins développés dans les prochains tomes.

Concernant les personnages, ce premier opus nous propose de découvrir Arslan ainsi que l'entourage dans lequel il a grandit. Arslan est un jeune homme assez doux et candide dès les premières pages. Ce qui n'est pas forcément bien vu par ses parents qui se posent des questions quand à sa capacité à assurer le trône dans le futur. En même temps, on ne peut pas dire qu'ils lui donnent une chance ou ne serait-ce qu'un peu de considération. Malgré tout, c'est un battant qui est prêt à tout pour avoir une reconnaissance, même minime, de ses proches.
Autour de ce héros vont gravité de nombreux personnages. On retrouvera principalement les parents du jeune homme, froids et distants, c'est à se demander s'ils savent que c'est leur enfant par moment. Les généraux, ou êrhan plus précisément, de l'armée parse ne seront pas en reste puisque certains d'entre eux joueront des rôles important dans la bataille d'Artopathènes. Ils sont assez nombreux, à tels point qu'on a l'impression d'en découvrir de nouveaux à chaque nouvelle page. Ce n'est pas un mal en soi mais au bout d'un moment je reconnais m'être un poil perdu (mais je me rappelle que ce fut le cas lorsque je regardais les premiers épisodes de l'anime), surtout que physiquement j'avais l'impression que certains se ressemblaient. On sent également que certains d'entre eux vont jouer un rôle plus ou moins important tout au long de la série, la preuve en est leurs apparitions plus ou moins fréquentes dès ce premier tome. Daryun entre autre est celui qui sera le plus marquant dès ce premier opus : franc et loyal, il sera le meilleur espoir pour notre jeune héros de rester envie. Il est également plein de ressource et montrera un chemin à prendre pour guider le jeune prince... bien qu'il ai parfois un caractère assez fougueux.
Enfin, le peuple ne sera pas oublié, mais là encore les auteurs ne s'y attardent que très peu... et je ne parle pas des esclaves qui ont plus un rôle symbolique dans l'histoire qu'autre chose.

Graphiquement parlant, on retrouve sans aucun mal les trait propres à Hiromu Arakawa. De nombreux personnages n'ont pas été sans me rappelés certains protagonistes de ses autres séries (alors que les contexte sont radicalement différents). Néanmoins, plus qu'une ressemblance nette ce sont surtout des traits qui font en quelque sorte des clins d’œil. On arrive cependant à bien cerner où l'on se trouve.
La guerre étant au cœur de ce première opus de nombreuses scènes violentes sont au rendez-vous : c'est sombre, il y a des litres de sang qui coulent, de nombreuses parties du corps coupées. Une ambiance sombre se détache nettement de ces scènes ce que la dessinatrice a su parfaitement retranscrire avec seulement du noir et du blanc.


Un premier opus qui présente la série tout en nous plongeant directement dans le bain. Une intrigue en 2 temps bien construite. Un univers qui commence à se dessiner. Des personnages nombreux que l'on a du mal à reconnaître par moment. Un style graphique marqué mais qui colle parfaitement à l'ambiance voulue.

Opening I de la Saison 1 de l'Anime.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire