jeudi 18 février 2016

The Héroïc Legend of Arslan, Tome 2 - Hiromu Arakawa & Yoshiki Tanaka

Titre VO : Arslan Senki, #02
Titre VF : The Héroïc Legend of Arslan, #02
Auteurs : Hiromu Arakawa & Yoshiki Tanaka.
Editeurs Kurokawa
1ère Edition : 2015 (VO) - 2015 (VF)
Genre : Shônen
Pages : 189


Tome 1 - Tome 2 - Tome 3 - Tome 4 - ...
Série en cours.

ADAPTATION - Anime : Arslan Senki (2015. 1 Saison)


Le Prince Arslan fuit le champ de bataille ensanglanté avec Daryun comme dernier loyal compagnon. Ce dernier lui indique l'endroit où habite désormais un ancien ami: Narsus, ancien seigneur de la région de Daylam. Aujourd'hui ermite, il vit en compagnie d'Elam, une jeune recrue totalement dévouée. Tous deux partis se cacher chez lui, les troupes de Lusitania ne les lâchent pas d'une semelle. Arslan le sait, il doit se faire de nouveaux alliés s'il veut pouvoir défaire Kahlahn, le traître du royaume de Parse...


Retour en Parse où la guerre avec le Lusitania continue à faire rage. Alors que l'envahisseur est aux portes de la capitale, Arslan, accompagné du fidèle Daryun, trouvent refuge auprès d'un ermite des montagnes qui n'est autre qu'un ancien seigneur de la cour. Là, ils vont devoir jouer carte sur table s'ils espèrent sauver leur nation. Mais ils ignorent encore ce qui est en train de se jouer à Ecbatâna, la capitale.

L'intrigue de ce second opus va se jouer sur deux front. 
Dans un premier temps, nous allons suivre notre héros, Arslan, qui a fuit le champ de bataille pour préservé sa vie et espérer rétablir la situation. Le jeune homme est encore un peu secoué par tout ses événements, mais il va bien vite reprendre du poil de la bête et gagner en maturité en un éclair. Il faut dire que le temps presse s'il veut avoir une chance de récupère son royaume. Narsus sera donc un élément clé de cette histoire. En effet, il s'agit d'un stratège reconnu dans tout Parse ce qui fait de lui un allié de poids. Mais notre cher prince va devoir le convaincre. Et au fond, c'est sans grande surprise que les deux parties parviendront à un accord et réussiront à s'allier. Commencera alors leur fuite afin de retrouver d'autre alliés dans le but de barrer la route au Lusitania. Il s'agit là encore de la mise en place du fil rouge de la série qui va se déroulé avec cette guerre en toile de fond. Ces scènes apporteront des moments un peu plus calme dans tout ce qui nous est proposé ici, permettant ainsi de au lecteur de souffler avant de se replonger dans quelque chose d'un peu plus musclé.
Le second axe va concerner principalement la guerre Parse/Lusitania en elle-même. Nous allons donc voir ce qu'il se passe un peu au niveau du front, à des kilomètres de notre jeune héros et le moins que l'on puisse dire c'est que la situation là-bas n'est pas très folichonne. Guerre physique, politique et psychologique, la bataille va prendre peu à peu d'ampleur dans le but de faire céder Ecbatâna. Là encore, j'ai été assez peu étonné de voir la capitale tombée entre les mains de l'ennemi (et juré-craché, ça n'a rien à voir avec le fait que j'ai pratiquement fini l'anime et que je connait donc les futurs événements). On va donc découvrir de quelle manière le Lusitania va asseoir son autorité dans le royaume de Parse... enfin du moins nous allons avoir droit à des prémices. J'ai plutôt bien apprécié de suivre également ce qu'il se passe loin de notre héros, ce qui apporte encore plus de réalisme à cette histoire. 
L'alternance entre les deux point de narration est relativement bien fait et permet donc à la narration de changer de rythme et de nous proposer deux histoires différentes bien que fortement lié. On se doute fort qu'au final les deux axes vont venir se rejoindre au fil du temps. Cette alternance permet également au lecteur de ne pas s'ennuyer une seule seconde. Je dois le reconnaître, à plusieurs reprises j'ai râler de ne pas savoir ce qu'il advenait par la suite aux personnages que je venais de quitter.
La guerre est donc l'un des points majeur du récit. C'est violent, y a du sang des gens coupés en morceaux et la narration (associé aux graphismes) jouent là-dessus à la perfection. On arrive à avoir froid dans le dos à plusieurs moment et à ressentir certaines émotions envers certains protagonistes. La scène de Shapûr m'avais retourner les tripes dans l'anime, là encore ça n'a pas été bien loin.

Au niveau des personnages, on retrouve avec grand plaisir Arslan qui se voit obligé de mûrir rapidement afin de prendre les décision que sa situation requiert. Néanmoins, on sentira que les doutes dans son esprits ne seront jamais bien loin, le rendant ainsi plus proche d'un simple adolescent qui se retrouve avec d'énormes responsabilité. Daryun de son côté, continuera d'exceller dans son rôle de chevalier servant, même si son côté sang-chaud risque de lui jouer des tours.
De nouveaux personnages vont également faire leur apparition ici, aussi bien dans le clan Parse que dans celui du Lusitania... ou encore avec des inclinations encore inconnues. Parmi tout ce petit monde, on notera : 
- Narsus et Elam, le stratège et son protégé. J'ai beaucoup aimé le protagoniste de Narsus qui est convaincue d'être un artiste alors que ce n'est apparemment pas du gout de chacun. Sa relation avec son jeune protégé m'a bien plu : paternaliste dans le fond, mais qui marche de manière assez réciproque.
- Ghib, le ménestrel. Un personnage assez intriguant dans cet opus. Affabulateur et charmeur, il viendra un peu semer la zizanie au palais d'Ecbatâna. Mais pour autant, c'est un vrai maître d'armes.
- La Reine Tahaminé, la mère d'Arslan. Elle est désormais la dirigeante de ce qu'il reste du royaume de Parse, ce qui fera d'elle une cible de choix. Mais son passé est plus sombre que ce qu'on pensait au départ. Est-elle réellement la sorcière dépeint par ses pairs ?
- Bodin, l’Archevêque Inquisiteur du Lusitanie. LE personnage le plus exécrable que j'ai pu rencontré à ce jour. J'éprouve déjà une antipathie pour ce personnage depuis l'anime, et ici elle n'est pas sans se renforcer. Cruel et prêt à tout pour son culte, il aura le gout de la mise en scène pour parvenir à ses fins. 
- Innocentis, le Roi du Lusitania. Un souverain qui n'a que le titre qu'il porte pour lui. C'est un gros lard un peu simplet qui n'en fait qu'à sa tête. C'est à même se demander comment ce marshmallow est à la tête d'un royaume qui possède une telle armée, capable de tout raser sur son passage. Après, méfiance car il peut très bien cacher son jeu. Il n'a pas été sans me rappeller Haroun El Poussah, le Calife d'Iznogoud.
- Le Seigneur du Masque d'Argent. Un personnage qui est de mèche avec le Lusitania. Ses intentions ne sont pas très claire à ce jour, mais ce qui intrigue beaucoup le lecteur reste sans conteste son identité elle-même. C'est un personnage prometteur.

Graphiquement parlant, c'est dans la même veine que ce que nous avait mis en place le premier tome de la série : des dessins plutôt fins qui ne sont pas sans rappelés d'autres personnages de la dessinatrice. Les dessins retracent à merveille les différences d'ambiance dans les deux axes de narration : du côté d'Arslan on a droit à quelque chose de clair voir lumineux, alors que les scènes de la capitale sont sombres et pleines d'énergie. Mention spéciale à la scène du flash-back concernant Narsus où les personnages sont comme en ombré.


Une double intrigue plutôt bien mené de part l'alternance des narrations. Un univers somme toute sombre et qui nous fait voir toute l'horreur d'une guerre. Des personnages connus que l'on retrouve avec grand plaisir. De nombreux acteurs se voient ici un peu plus développés. Le tout avec des dessins toujours aussi réussis.

Opening I de la Saison 1 de l'Anime.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire