vendredi 12 août 2011

Magi The Labyrinh of Magic, Tome 1 - Shinobu Ohtaka

Titre VO : Magi The Labyrinth of Magic, #1
Titre VF : Magi The Labyrinth of Magic, #1
Auteur : Shinobu Ohtaka
Editeur : Kurokawa
1ère Edition : 2009 (VO) - 2011 (VF)
Genre : Shônen
Pages : 206


Tome 1 - Tome 2 - Tome 3 - Tome 4 - Tome 5 - Tome 6 - Tome 7 - Tome 8 - Tome 9 - Tome 10 - Tome 11 - Tome 12 - Tome 13 - Tome 14 - Tome 15 - Tome 16 - Tome 17 - Tome 18 - Tome 19 - Tome 20 - Tome 21 - Tome 22 - Tome 23 - Tome 24.
Série en cours en VO.


Aladin est un jeune garçon étrange qui ne se sépare jamais de sa flûte. En effet, elle abrite Hugo, un géant à la force surpuissante. Aladin va faire la connaissance d'Ali Baba qui voit en cette flûte magique un chemin rapide vers la fortune et la gloire. Les deux compagnons partent explorer de mystérieux labyrinthes qui attirent les aventuriers de tout le pays.


Avec Magi, le nouveau manga de Shinobu Ohtaka (auteur de Sumomomo Momomo, que j'avais complètement adoré), nous partons direction les milles et une nuit revisité avec beaucoup de magie et de fantasy. Nous faisons la connaissance d'Aladin, un petit bout d'homme haut comme trois pommes qui se révèle être un enfant totalement insouciant et même naïf. Son seul ami en ce monde du désert est Hugo, un géant enfermé dans la flûte qu'il porte autour de son cou, mais qui a un léger problème... C'est qu'il n'a plu sa tête au sens propre du terme. Heureusement sa présence va permettre à notre petit bout de héros de se tirer de situations bien délicates. Après être venue en aide à une charmante demoiselle d'une caravane opposé à des voleurs. Aladin croisera la route d'Ali Baba et l'aidera à exaucer son rêve : explorer un de ces mystérieux labyrinthe.
L'univers des milles et une nuit qui est nous offert est très agréable. On y retrouve les coutumes, les modes de vie, les costumes et toute l'ambiance propre à cet univers. Mais la petite particularité de cette série est l'existence de ces fameux labyrinthe que nos héros veulent explorer. Partout dans le monde sont apparues (on ne sait pas trop comment) de grandes tour qui se révèlent être d'immenses dédales d'apparence sans fin. Nombreux sont les explorateurs à s'y être risqué mais peu en sont revenus. Mais une chose est sure : quiconque parvient au bout obtiendra toute les richesses qu'il désire, puis le bâtiment disparaîtra. J'ai trouvé l'idée assez sympathique, mais je suis curieuse de ce que cela va donner sur le long terme de la série. Nos héros franchissent le pas d'une de ces bâtisses dans le dernier tiers du tome et les premières péripéties sont somme toutes assez classique. A voir dans la suite. (Bon ok, je l'avoue j'ai lu le T2 qui est sorti simultanément et ça s'arrange, mais pour ça vous devrez attendre ma chronique).
On notera également que l'oeuvre nous pose une petite réflexion sur le thème de l'esclave et du mépris de la vie d'autrui pour une question d'argent. Ceci dit, j'ai trouvé que le côté "gros riche qui préfère voir crever un gamine plutôt que de perdre sa fortune" était un peu too much...

Côté personnage, on se plait à suivre notre petit Aladin, très naïf il s'émerveille de toute chose et ne manquera pas de nous faire rire à plusieurs reprises. Mais il se révélera aussi très surprenant car il est capable de littéralement changer de visage et de devenir quelqu'un de plus mature et sérieux, à plus forte raison lorsqu'il utilise de la magie. Hugo, le géant de la flûte est un personnage à la foi mystérieux et assez drôle, principalement de par le fait qu'il perd ses moyens face à de jolies demoiselles. Enfin, Ali Baba nous fait sourire tant il nous rappelle son homologue dans sa véritable histoire. a ceci près qu'il nous donne l'impression d'être assez cupide et de ne penser qu'à son propre petit bonheur. Cependant, vu la tournure des événements, on peut se dire qu'il va peu à peu changer de visage.

Le style graphique est propre à l'auteur, on y retrouve avec grand plaisir son dessin assez reconnaissable et proche de sa première série, on ne peut s'empêcher de se dire que tel personnage de Magi ressemble à celui de sa précédente série. Néanmoins, les bouilles kawai de ses personnages nous font sans cesse sourire et l'on est littéralement transporter dans le monde des milles et une nuit grâce aux très jolis costumes et décors qui nous sont offert. Si les gags sont quand même assez bateau dans le fond on ne peut s'empêcher de sourire à leur lecture. Néanmoins, on reste assez sceptique sur le long terme de la série...


Un plongeon dans l'univers des milles et une nuit assez réussit, des personnages attachants et de l'humour à gogo, mais on reste songeur quand à la suite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire