mardi 24 juin 2014

Moloka'i - Alan Brennert

Titre VO : Moloka'i
Titre VF : Moloka'i
Auteur : Alan Brennert
Editeur : Charleston
1ère Edition : 2004 (VO) - 2014 (VF)
Genre : Historique
Pages : 496


Hawai, 1892. Rachel Kalama, petite Hawaïenne de sept ans à l’esprit vif et malicieux, rêve de visiter des contrées lointaines à l’image de son père, qui officie dans la marine marchande. Jusqu’au jour où une tache rosâtre apparaît sur sa peau, et où ses rêves d’ailleurs s’envolent aussi sec. Arrachée à son foyer et à sa famille, Rachel est envoyée à Kalaupapa, campement de quarantaine installé sur l’île de Moloka’i. C’est là que sa vie doit se terminer – mais elle s’aperçoit qu’en réalité, elle ne fait que commencer.


C'est grâce à la dernière opération Masse Critique organisé par Babelio que j'ai eu l'occasion de découvrir ce titre. Et je dois dire que je ne suis absolument pas déçue, bien au contraire.
Moloka'i nous entraîne sur l'archipel paradisiaque d'Hawaï à l'aube du XXe siècle. Nous rencontrons la famille Kalama, natifs de l'île, et plus particulièrement la petite Rachel âgée de tout juste 7 ans. La vie de la demoiselle va basculer le jour où une tâche rose insensible apparaît sur sa jambe : la lèpre ! Elle est contrainte d'être séparée de sa famille et est placée en quarantaine sur l'île de Moloka'i où sont regroupés tout ceux atteints par cette maladie.

Ce livre nous retrace donc l'ensemble de la vie de Rachel depuis la découverte de la maladie jusqu'à ses derniers instants. Une vie qui sera bien loin de s'arrêter lors de son exil : amitiés, amour mais également déchirures et pertes seront légion tout au long du roman. En effet, Rachel va perdre toute sa famille à cause de sa maladie mais s'en trouvera une nouvelle à Moloka'i, mais rien ne dure bien longtemps. La preuve en est que hormis une seule personne tous ceux que Rachel a connu à Moloka'i disparaîtront les uns après les autres. Je reconnait que ce sont des moments plutôt dur quand il s'agit de certains personnages car l'attachement de notre héroïne est important.
Le contexte géographique est donc l'archipel d'Hawaï et plus particulièrement l'île de Moloka'i. Nous allons ainsi découvrir tout un tas de vocabulaire hawaïen ainsi que les traditions et croyances des natifs, même si j'aurais peut-être voulu en apprendre davantage à ce sujet. Mais le contexte historique est plus délicat et explique un peu ce manque : en effet, c'est à cette période puisqu'elle couvre également l'annexion l'archipel par les Etats Unis (officiellement en 1959, mais cela s'est déroulé plusieurs années en amont).. Une annexion qui s'est fait de manière plutôt pacifique et progressive, ce qui changement considérablement le mode de vie et l'environnement des natifs de l'île.
La lèpre, ou Maladie de Hansen, va également être mise en avant dans ce roman : ses symptôme, les mesure pour éviter sa contagion, les traitements mis en place au fil des ans... On reste néanmoins sur une vision assez négative de la maladie puisque ses mesures seront assez radicale avec l'envoi des personnes atteintes dans des léproseries où ils sont censé finir leur vie. Mais c'est sans compter les progrès de la médecine, que nous allons découvrir grâce à notre héroïne qui participera à de nombreux essais. Essai qui ne seront pas toujours facile à vivre pour la jeune fille.

Côté personnage, le personnage que l'on retiendra le plus est sans conteste Rachel. Il faut dire que c'est toute sa vie qui va défiler sous nos yeux. D'une petite fille espiègle et arraché à ceux qu'elle aime, elle deviendra une jeune femme avec une toute nouvelle famille, très dévouée aux autres. Nous allons la voir évoluer et mûrir au fil des pages comme des années. Elle se cherchera des liens tout au long de l'histoire avant que ces derniers ne viennent être brisé par les limites qui dessine sa pathologie. Mais ce qu'elle n'oublie pas par dessus tout c'est sa famille. Elle s'en créera une nouvelle à Moloka'i avant de tout faire pour retrouver ceux qu'elle a laissé derrière elle alors qu'elle n'avais même pas 10 ans. Je dois d'ailleurs avouer que les scènes de retrouvailles avec sa sœur m'ont énormément touché.
Les personnages secondaires seront assez nombreux mais ne dureront tous qu'un temps dans l'histoire. En effet, qu'il s'agisse des amies avec qui Rachel va grandir, son oncle Pono, sa tante adoptive Haleola, son mari Kenji, sa fille Ruth... Tous ne feront des apparitions que le temps de quelques chapitres avant d'être une fois encore rattrapé par la réalité de la maladie et de sa fin (hormis Ruth ceci dit, qui lui sera arraché pour éviter de la contracté). Néanmoins, on arrive à s'attacher à eux malgré tout et à en apprendre plus à leur sujet, de sorte que leur disparition ne nous laisse pas forcément indemne, surtout lorsqu'elles s'acharneront sur Rachel. Le seul personnage qui soutiendra notre héroïne quasiment tout au long du roman est Sœur Catherine. Une religieuse qui fait parti du couvent chargé d'éduquer de de prendre en charge des demoiselles fraîchement arrivées sur l'île. Elle sera à la fois comme une mère, une tante et une sœur pour Rachel, mais qui a également ses fragilités. Un personnage que j'ai bien apprécié.

Enfin, le style d'écriture de l'auteur est plutôt joli. Il m'a paru assez dense dans les premiers chapitres mais cela reste assez nécessaire pour bien planter le décor et les différents contextes dans lesquels Rachel va évoluer et grandir. Cela nous permet ainsi d'être transporté auprès de notre héroïne sans pour autant nous lasser dès le début, ce dont j'avais un peu peur je le reconnais. Les chapitres sont assez peu nombreux et retracent chacun une année ou deux dans la vie de la demoiselle. Un assez bon point qui nous permet de la voir évoluer au fil des pages. Le seul tout petit défauts que je reprocherais serait l'emploi de mot du vocabulaire hawaïen sans qu'ils nous soient expliqués. On en devinent certains grâce au contexte, mais quelques uns passent à la trappe. Dommage, bien que cela ne gâche pas la lecture.


Une très jolie histoire dans un décor paradisiaque. Des moments parfois dur parfois touchant. Une héroïne qui grandit sous nos yeux. Des personnages secondaires qui partent trop vite. Un style d'écriture dense mais qui reste agréable à lire.
Enfin, je tenais à remercier les Editions Charleston et Babelio de m'avoir permis de découvrir ce titre dans le cadre de l'opération Masse Critique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire