vendredi 8 mai 2015

A Silent Voice, Tome 1 - Yoshitoki Oima

Titre VO : Koe no Katachi, #01
Titre VF : A Silent Voice, #01
Auteur : Yoshitoki Oima
Editeur : Ki-Oon
1ère Edition : 2013 (VO) - 2015 (VF)
Genre : Shônen
Pages : 192



Tome 1 - Tome 2 - Tome 3 - Tome 4 - Tome 5 - Tome 6 - Tome 7.
Série complète en 7 Tomes.

ADAPTATION - Film : Koe no Katachi.


Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule. Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible. Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes... jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable...


Le tome commence par une scène que l'on pourrais presque retrouver dans une simple shôjo : un jeune lycéen qui court après une jeune fille qu'il a connu par le passé pour lui dire quelque chose et soudain l'auteur nous propulse six ans en arrière lorsque ces deux personnages se sont rencontrés alors qu'ils étaient en CM2. Shoya est un écolier assez hyper actif qui cherche à ne plus s'ennuyer dans son quotidien morose. L'arrivée de Shoko, une nouvelle élève, va venir bousculer son quotidien et sans qu'il ne s'en rende compte va finir par lui faire prendre conscience qu'il n'a pas su faire les bon choix envers la jeune fille handicapée. En effet, Shoko est malentendante et Shoya va beaucoup en jouer...

L'histoire qui nous est relatée dans ce premier tome va principalement se concentrer sur l'enfance commune de nos deux héros. Shoya est plutôt turbulent et n' de cesse de se lancer des défis tous aussi fantasque les uns que les autres au grand dam de sa coiffeuse de mère. Lorsque Shoko débarque dans son école et que son handicap est révélé à ses camarades de classe Shoya va commencer à jouer sur cet aspect de la demoiselle : pousser des cris plus ou moins fort dans les oreilles, baragouiner pour imiter la manière de parler de la jeune fille, lui demander de parler comme une personne lambda... Au fil des pages les actions de Shoya vont devenir de plus en plus brutales avec Shoko jusqu'à ce que cela devienne une véritable forme de persécution, le fameux ijime et tout ceci sans que la demoiselle bronche une seule fois. Réussissant à provoquer le départ de la jeune fille de son école... étant considéré comme coupable, c'est lui qui va devenir la nouvelle victime de son entourage et qu'il commencera enfin à se remettre en question.
C'est donc des sujets assez fort que l'auteur a choisi d'aborder ici et ce de manière assez juste. J'ai détester Shoya de part son comportement de petite brute. J'ai été très toucher par les réactions plus qu'humaine de Shoko qui arrive à tout encaisser sans broncher alors que je pense, à sa place, j'aurais craquer bien plus tôt. Lors de l'annonce de la sortie de ce titre, l'éditeur l'avait annoncer comme l'un de ses chouchou en date et je dois reconnaître que pour ma part ça a été une belle claque. Le titre se trouvait dans ma PAL depuis pas mal de temps et je regrette de ne pas l'avoir lu plus tôt... et encore plus de ne pas avoir la suite sous la main. En effet, la conclusion rejoint la temporalité du début de tome et nos deux héros se font enfin face à face. Une chose qu'il me tarde de voir vu que maintenant je connait mieux les liens qui unissent les personnages.

Les personnages sont vraiment le point fort du roman. Si Shoya sera surtout celui qui sera le plus mis en avant, vu qu'il est le narrateur, Shoko ne sera pas en reste... mais les personnages secondaires également.
Shoya est un garçon assez hyperactif voire parfois un peu brute qui traîne avec ses amis de toujours. Il s'ennui dans son quotidien et cherche un moyen de chasser cet état d'esprit. Néanmoins, il restera assez gamin dans sa manière de se comporter durant une bonne parti de ce premier opus. En effet, il ne considère pas Shoko comme une humaine et poussera ses brimades au delà des limites malgré les avertissements qu'il reçoit en cours de route. Sa prise de conscience de ses actes en fin de tome est nécessaire et lui fait retrouver un peu de son humanité perdu tout en le faisant murir de manière assez rapide. Il me tarde de voir les choix vers lesquels il s'est engagé à présent.
Shoko est une jeune fille malentendante depuis son enfance. Elle a changé souvent d'établissement scolaire car elle avait du mal à s'intégrer et finissait bien souvent victime de brimades. Au fond, c'est une gentille fille qui ne demande qu'à être elle-même et traité comme une personne 'normale' Elle est assez patiente et courageuse de supporter tout les traitements auxquels elle devra faire face, même Shoya n'y résistera pas aussi bien qu'elle. C'est un personnage qui m'a beaucoup touché et dont j'espère on découvrira comment elle a vécu son départ de cette école. Néanmoins, le petit reproche que je lui ferais est qu'elle ne s'exprimera réellement que vers la fin du tome lorsqu'elle se battra (au sens propre) avec Shoya, je m'attendais à un peu plus de réaction de sa part.
Les personnages secondaires seront principalement l'entourage de nos deux personnages principaux :
- la mère de Shoya. Une coiffeuse qui semble élever seule ses enfants (on ne nous a jamais parler du père, donc j'ai fait des déductions...) qui apprécie sa famille mais qui sera la dernière à découvrir ce dont son fils est coupable. Elle s'en sentira également coupable.
- la sœur de Shoya. Elle n'existe qu'au travers de ses petits amis qu'on a vu défilé. Elle existe et au fond c'est quasiment tout ce qu'on sait à son sujet.
- la mère de Shoko. Une femme plus que protectrice envers sa fille à tel point qu'elle veut tout régenter dans sa vie. Néanmoins, vu les antécédent de sa fille dans ses précédents établissement, son côté protecteur se comprend un peu. Mais j'avoue l'avoir trouvé assez antipathique et hautaine.
- les camarades de classe. Au fond, ce ne sont qu'une bande de suiveur. Ils vont dans le sens qui les arrangent le mieux. Il ont beau avoir en partie participer au harcèlement de Shoko, il nieront tout en bloc au moment des accusations pour livrer en pature leur camarade Shoya. Un comportement qui ne m'a pas surpris de leur part au fond.
- le professeur de la classe. Il a eu beau prévenir notre héros de se calmer dans ses actes. Il finira également par le balancer lui aussi à la direction alors qu'il sait pertinemment qu'il n'a pas été seul. Je l'ai trouver malgré tout assez dur avec Shoya sur la fin lorsque le harcèlement se retourne contre lui et qu'il ne le croit pas une seule seconde.

Enfin, le style graphique est très joli. Les dessins sont très agréables dans l'ensemble et l'on voit plutôt bien l'évolution de nos personnages au fil du temps sans pour autant qu'ils ne changent trop. Les expressions des personnages sont assez réussi notamment en ce qui concerne Shoko dont on peu lire beaucoup de choses sur son visage.


Grosse claque avec ce manga qui traite de manière touchante un sujet délicat : le handicap et le harcèlement scolaire. Un premier tome qui introduit la série et la direction que l'auteur veut lui faire prendre. Une début mené avec justesse tant au niveau de l'histoire que des personnages bien construits. L'ensemble servi par des graphismes agréable et très expressifs.

BANDE-ANNONCE DU MANGA.
(Chacune étant du point de vue d'un des héros).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire