samedi 16 avril 2016

Dracula - Bram Stocker

Titre VO : Dracula
Titre VF : Dracula
Auteur : Bram Stocker
1ère Edition : 1897 (VO) - 1919 (VF)
Genre : Classique, Fantastique
Pages : 573


ADAPTATIONS - Films : Le titre a été adapté une multitude de fois. Vu leur nombre je ne mettrai pas tout les titres ici, seuls ceux que j'ai vu et chroniqués apparaîtront.
ADAPTATION - Série TV : Dracula (2013. 1 Saison).

Le roman a également bénéficié d'adaptation plus ou moins proche sur divers supports. Comme en ce qui concerne les films, je ne mettrait ici que ceux ayant été chroniqués selon leur support respectifs. J'ai cependant fait le choix de faire apparaître la seule (?) adaptation en série télévisé car je l'ai vu lors de sa diffusion US.


Répondant à l'invitation du conte Dracula qui prépare son prochain voyage en Angleterre, Jonathan Harker découvre à son arrivée dans les Carpates un pays mystérieux. Un pays aux forêts ténébreuses et aux montagnes menaçantes. Un pays peuplé de loups dont les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la bienveillance de son hôte, le jeune clerc ne peut qu'éprouver une angoisse grandissante. Ce comte, qui contrôle son courrier et verrouille les portes de son château, ne se reflète pas dans les miroirs et se déplace sur les murs en défiant les lois de l'apesanteur...
Jonathan Harker doit se rendre à la terrifiante évidence : il est prisonnier d'un homme qui n'est pas un homme. Et qui partira bientôt hanter les nuits de Londres...


Depuis le succès de la saga Twilight, les vampires sont revenu quelque peu à la mode (même si au jour où j'écris cette chroniques les choses se sont un peu tassée je trouve) ce qui m'a poussé à vouloir découvrir l'histoire de Dracula, le mythe en quelque sorte fondateur de ces créatures. Cela doit bien faire une dizaine d'année que cet ouvrage traînait au fin fond de ma PAL, et c'est grâce au Challenge Un Genre par mois que j'ai enfin cédé et finalement décidé de le lire une bonne fois pour toute.

L'histoire se découpe en deux grand axes. Tout d'abord, nous suivons le séjour de Jonathan Harker, homme de loi, auprès du comte Dracula afin de régler quelques affaires dans les quartiers londoniens. Au fil de ce séjour, l'homme va se rendre compte que tout ne tourne pas rond dans le domaine des Carpathes où il est invité et où il va assister à des événements pour le moins étrange, venant ainsi bousculer ses croyances... et ce jusqu'à son départ qui ne sera pas si aisé que cela.
Dans la seconde partie, nous allons nous retrouver à Londres et ses alentours où nous allons rencontrer de nouveaux personnages dont Mina Harker, la fiancée du précédent qui est bien loin de se douter où son compagnon a mis les pieds jusqu'à ce que des événements étranges et proche de ceux vécus par Jonathan commencent à se produire dans son entourage.
Ayant beaucoup apprécié la série télévisé cité ci-dessus, j'avais une vague idée de l'histoire dans laquelle j'allait me lancer, mais je dois reconnaître que l'adaptation avait finalement pris bons nombres de liberté avec l'histoire originelle. Et je dois reconnaître que je l'ai plutôt bien appréciée dans son ensemble, même si j'ai mis plus longtemps que ce que je ne pensais pour la lire. On voit l'intrigue se construire au fur et à mesure que l'on avance dans le récit. Ce dernier se veut par ailleurs très dense et foisonne de détail concernant l'univers comme les décors ou tout simplement les background de ses personnages. En effet, l'auteur a pris le partie de nous présenté la majorité de ses héros, car ils seront bien plus nombreux qu'on ne le crois. ces passages descriptifs prennent une part plutôt importante du récit, et à mon avis ce sont sur ces derniers que j'ai vraiment ralenti dans ma lecture. L'intrigue en elle-même est prenante dans la mesure où l'on va suivre à la perfection le cheminement de l'ensemble des protagonistes : ils découvrent un problème chez l'un de leur proche commun qu'ils vont rapidement identifié une fois qu'ils auront recoupés toutes les donnés nécessaires. Puis viendra le temps du passage à l'action qui, je dois le reconnaître, m'a quelque peu déçu après toute la richesse du début du roman. Le combat final entre les héros et Dracula lui-même m'a paru très court et raconté de manière très rapide. Une cassure dans le rythme de l'histoire qui ne m'a pas convaincue tant que cela, je m'attendais à quelque chose de plus grandiose (sans pour autant être extravagant, attention).

En ce qui concerne les personnages, j'ai été plutôt convaincue par l'ensemble d'entre eux, certains étant par ailleurs beaucoup plus intéressant à suivre que d'autre. On croisera ainsi dans le récit :
- Jonathan Harker, celui par qui l'histoire a commencé. Il subira une bonne partie du récit tout en s'interrogeant sur sa santé mentale à plusieurs reprises. Il faut dire qu'après avoir découvert la teneur de son séjour dans les Carpathes, on devient un peu plus compréhensif envers lui- Une fois que la confirmation de sa non-folie, il se lancera corps et âme dans la quête pour détruire le monstre, mais sans pour autant négligé la femme qu'il aime.
- Mina Harker est dans le fond une jeune femme innocente et tenue un peu à l'écart des événements. En effet, le contexte dans lequel nos personnages vont évoluer est assez strict au niveau des conventions sociales et nos héros s’attelleront à les respecter autant qu'ils le peuvent. Je reconnais avoir eu du mal avec cet aspect, mais qui on se remémore l'époque où l'histoire se passe, finalement on trouve ça assez normal. Elle ressemblera quelque peut à son conjoint par certains aspects. Si elle va donner tout ce qu'elle peut pour aider sa meilleure amie, elle sera bien vite un peu mise à l'écart par la gent maculine, mais sans pour autant leur en tenir rigueur. Comme quoi les conventions sociales de l'époque et les préjugés avaient la vie dure.
- Lucy Westerna est la meilleur amie de Mina. Elle sera une victime malheureuse dans cette histoire dans la mesure où elle n'avais rien demandé à personne et où elle ne finira pas très bien. Néanmoins, son sacrifice ne sera pas vain car le petit groupe de héros parviendra à neutraliser son agresseur pour de bon. J'ai trouvé d'ailleurs dommage de ne pas davantage profiter de ce personnage, c'est une demoiselle que j'ai beaucoup aimé rencontré, fraîche et pimpante elle a été pour moi une bouffée d'oxygène dans ce récit à plusieurs reprises.
- Renfield. C'est un personnage un peu à part mais qui méritait malgré tout une petite place dans ma chronique. Il s'agit d'un patient du Dr Seward dont le comportement a su m'intrigué d'un bout à l'autre de ses apparitions. Entre ses notions étrange de la vie et de la mort, ses comportements hors normes et les discussions philosophiques et religieuses qu'il tiendra avec le praticien, je dois avouer que j'étais curieuse de découvrir son implication dans l'histoire globale. Il arrive parfaitement à être un fou et un sain d'esprit à la fois, un tour de force remarquable.
- Venu de Hollande pour aider son collègue, le Dr Van Helsing est un vrai spécialiste pour tout ce qui a trait au vampire. C'est en très grande partie grâce à lui et ses connaissances que nous allons mieux appréhender ce qu'est réellement le comte Dracula. Il agira également en tant que figure paternelle pour de nombreux personnages, un aspect que j'ai beaucoup aimé lui voir.
- Les amoureux plus ou moins réciproque de Lucy seront de la partie. Sur trois prétendants très différents, un seul d'entre eux a eu l'insigne honneur d'être choisi par la jeune femme. Mais tous l'ont vu décliner peu à peu jusqu'à la fin. Lorsqu'ils apprendront ce dont il retourne réellement Lord Godalming, Mr Morris ou le Dr Seward seront les premiers a vouloir rétablir l'honneur et la vérité de la jeune femme afin qu'elle trouve la paix. De grand hommes que je dis !
- Et bien sur Dracula lui-même. S'il n'est pas si présent que ça au fil du récit, son ombre y plane de manière assez importante. J'ai beaucoup apprécié l'idée de le découvrir grâce aux ressentis, renseignements et autres impressions des autres protagonistes. Il arrive ainsi à imposer sa noirceur et son oppression sans qu'on ne le voit réellement faire.

Enfin, en ce qui concerne le style d'écriture, j'ai été assez surprise au premier abords. En effet, le récit est raconté de manière épistolaire d'un bout à l'autre. Lettres, carnets de bord, journaux intimes, journaux d'informations, télégrammes... L'auteur utilise tout un panel de support pour faire interagir ses personnages et surtout pour que ces derniers nous racontent leur histoire. Ce que j'ai trouvé plutôt réussi dans l'ensemble. Je reconnais que dans le premiers temps, j'étais parfois un peu perdu quand on passait d'un narrateur à l'autre car j'avais parfois quelques difficultés à me situer de l'un à l'autre. Mais à la longue, on arrive parfaitement à s'y retrouver. L'idée d'avoir choisi le modèle épistolaire est plutôt bon et nos permet ainsi de découvrir non seulement certains événements de différents points de vue mais aussi, et surtout, de mieux cerner les ressentis des différents "auteurs" que l'on va rencontrer ici.
On notera également que les texte, quel que soit le support, sont plutôt riche et dense. Je reconnais avoir eu un rythme de lecture plus lent qu'à l'accoutumé lors de ma lecture à tel point que j'avais parfois du mal à avancer et que je me décourageais. Ce n'est qu'avec insistance que j'ai finalement réussi à parvenir au bout de ce récit, chose que je ne regrette absolument pas car en soi, j'ai beaucoup aimé cette histoire.


Une intrigue en deux temps très riche et qui donne envie de découvrir le fin mot de l'histoire. Des personnages riches que l'on prend plaisir à suivre. Un style épistolaire bien choisi et exploité. Malgré tout un texte plus que dense qui m'a fait un peu peiné niveau lecture par moment.

[Mars : Classique ou Théâtre]

1 commentaire:

  1. Ce livre m'a toujours tenté moi aussi, mais j'ai peur d'avoir du mal avec l'écriture qui date quand même ^^ Peut-être qu'un jour je me lancerais :)

    RépondreSupprimer