vendredi 10 janvier 2014

Le Livre Perdu des Sortilèges (Le Livre Perdu des Sortilèges, Tome 1) - Deborah Harkness

Titre VO : A Discovery of Witches (All Souls Trilogy, #1)
Titre VF : Le Livre Perdu des Sortilèges (Le Livre Perdu des Sortilèges, #1)
1ère Edition : 2011 (VO) - 2011 (VF)
Genre : Fantastique, Romance
Pages : 833


1. Le Livre Perdu des Sortilèges || 2. L'Ecole de la Nuit || 3. Le Nœud de la Sorcière.
Série Complète en 3 Tomes.


Diana Bishop est la dernière d'une longue lignée de sorcières, mais elle a renoncé depuis longtemps à son héritage familial pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu'au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : L'Ashmole 782. Elle ignore alors qu'elle vient de réveiller un ancien et terrible secret, et que tous - démons, sorcières et vampires - le convoitent ardemment. Parmi eux, Matthew Clairmont, un vampire aussi redoutable qu'énigmatique. Un tueur, lui a-t-on dit. Diana se retrouve très vite au cœur de la tourmente, entre un manuscrit maudit et un amour impossible.


'Le Livre Perdu des Sortilèges' est un livre qui se trouvais dans ma PAL depuis pas mal de temps, aussi quand Thalia m'a proposé une LC, j'ai sauté sur l'occasion pour le découvrir, et je ne le regrette pas.
L'histoire va tourner autour de Diana Bishop, une jeune femme sorcière de naissance, qui va rentrer en contact avec un livre plus que recherché par la communauté surnaturelle. De là vont lui arriver bon nombre de péripétie ainsi que sa rencontre avec Matthew Clairmont, le vampire.

L'histoire de ce premier volume est assez plaisante, on rencontre la majorité des personnages dès le début . L'auteur nous met en place son univers qui, on le sens, va être très riche au vu de la densité d'informations (et accessoirement le nombre de pages de cette jolie petite brique) qu'elle nous fait parvenir tout au long de ce premier volet. L'intrigue générale se peut se découper en différentes partie mais plus que vis-à-vis du rythme de l'histoire que des événements qui s'y déroule. En effet, l'auteur alterne les passages relativement lent et riche en détail avec des passages un peu plus rythmés où là on se trouve davantage au coeur de l'action. Des changements de rythmes qui peuvent paraître déstabilisant dans un premier temps mais qui nous permette un peu de reprendre notre souffle. Il faut dire que lors de certains passages, Deborah Harkness utilise des références à des textes plutôt complexe (la Bible ou encore les écrits de Charles Darwin) ou alors nous apporte beaucoup d'élément d'un seul coup, les moments un peu plus calme nous permettent de refaire le point et de mieux cerner ce que nous venons de lire. De la même manière, on sens qu'elle a bien bossé son sujet et qu'il est maîtrisé avec brio.
L'nivers fantastique est lui aussi bien présent mais pas forcément dès le début du roman. En effet, nous allons rencontrer 3 types de personnages : les Sorciers, les Vampires et les Démons. Si les deux premiers nous sont relativement bien développés grâce à nos personnages principaux, les démons n'en sont pas forcément en reste puisqu'ils nous sont un peu décrit par le biais d'autres personnages. Les sorciers sont assez simple puisqu'ils sont capable d'utiliser la magie et de plus ou moins puissants sortilèges et spécialisé dans un domaine bien précis. Diana, qui n'a jamais réellement accepté les siens, va nous permettre de les percevoir d'une manière différente d'autant plus qu'elle possède des dons magiques assez particuliers. On notera également que la maison dans laquelle vivent les Bishop est vivante (comme celles de leurs semblables si ma mémoire ne me joue pas des tour), une idée qui n'a pas été sans me rappeler une certaine école de magie avec des escaliers capricieux. C'est une idée que j'ai beaucoup aimée. Les vampires reste eux aussi ce qu'il y a de plus classique au niveau de leur mythologie néanmoins l'auteur nous apportent quelques éléments assez particulier dans ses créatures. En effet, Matthew et les siens vivent le jour (il m'a fallu pas mal de chapitre pour m'en rendre compte d'ailleurs). Comme d'autres avant eux, ils se rassemblent en groupe portant le nom de famille et gardant cette notion à l'esprit tout au long de leur existence. On ne parlera pas ici de créateur mais de père/mère. Une notion assez forte qui a su beaucoup me plaire. Les démons sont uns espèce passé un peu plus au second plan et sur laquelle nous apprenons assez peu de choses si ce n'est qu'ils s'interroge pas mal vis-à-vis de leur origine. Ici l'on ne fait que les effleurer mais je pense que dans les prochains opus nous allons en découvrir davantage à leur sujet.
Sans grande surprise, nous allons assister à la mise en place (et carrément la concrétisation) d'une romance entre Diana et Matthew. Tout comme le reste de l'histoire, elle se met en place de manière assez lente mais j'ai été charmer par la manière dont elle nous est présenté. Mais ce qui m'a davantage surpris c'est qu'une fois qu'elle commence à pointer le bout de son nez Deborah Harkness nous la fait évoluer de manière très rapide, un peu trop quand on voit la lenteur avec laquelle l'intrigue globale se déroule. Je ne dirai pas que c'est quelque chose qui m'a gêné mais disons que ça m'a fait un peu bizarre.
La fin de ce premier opus nous apporte également sont lot d'informations dont certaines que l'on avait pas forcément vu venir d'entrée de jeu que ce soit au sujet des personnages ou de l'Ashmole (le livre si convoité) en lui même. Vu l'évolution de l'histoire, je pense que j'ai quand même été plutôt bien surprise par cette fin qui s'achève en nous donnant plus qu'envie de nous jeter sur l'opus suivant (pas immédiatement, mais pas trop longtemps non plus).

En ce qui concerne les personnages, ils sont assez nombreux et plus ou moins mis en avant par l'auteur. Néanmoins, ils apportent tous un petit quelque chose dans cette histoire afin de la faire avancer.
Diana est une jeune femme très cultivée. C'est une sorcière depuis sa naissance même si elle se refuse à faire usage de ses pouvoirs depuis l'accident qui a coûté la vie à ses parents. Au fur et à mesure du roman, elle va prendre confiance en elle et se remettre à les utiliser même si ce n'est que de façon sporadique au départ. De la même manière, elle a passé pas mal de temps à éviter tout ce qui concernait le surnaturel depuis des années, mais voila que ce dernier la rattrape d'un coup et ne va plus la lâcher. Professionnellement parlant, elle s'est consacré à l'étude de l'Alchimie une discipline à mi-chemin entre la science et la magie. Un élément qui m'a beaucoup intrigué quand à son choix. C'est un personnage qui m'a beaucoup intrigué dans un premier temps, mais qui a su beaucoup me plaire par la suite. J'ai juste un peu regretté que par moment elle semblait plus subir cette histoire que d'en être réellement actrice.
Matthew Clairmont est un vampire relativement vieux (si ma mémoire ne me trompe pas, il est "né" au Moyen Âge), de ce fait c'est un homme très cultivé et possédant toute une série de diplôme. Il sera d'un grand secours à Diana pour laquelle il sera une sorte de mentor dans un premier temps... avant que leur romance ne se mette en place. Il tient beaucoup à sa famille surtout quand on connait son passé d'humain. Il sera très protecteur envers la jeune femme à mesure que l'on avance dans l'histoire, mais pas forcément pour les même raisons tout du long. De part sa classe, il n'a pas été sans me rappeller un certain Jean-Claude (de Laurell K. Hamilton), mais peut-être en un peu moins extravagant.
Autour d'eux vont graviter bon nombre de personnages secondaires parmi lesquels on retiendra : 
- Sarah & Emily, les tantes de Diana. la première est sorcière alors que la seconde est humaine. Depuis la disparition des parents de notre héroïne, ce sont elle qui ont remplacé sa mère même si l'on sent quand même qu'une distance s'est un peu creusée avec le temps. Néanmoins, Diana pourra toujours compter sur elles quoiqu'il arrive. Ce sont deux jeunes femmes que j'ai beaucoup apprécié.
- Ysabeau, la mère de Matthew. Un vampiresse assez froide au premier abord mais qui va peu à peu changer d'attitude. Pour elle aussi, la famille est quelque chose de sacré. Elle est prête à tout pour assurer le bonheur de ses enfants. C'est un personnage qui m'a beaucoup intriguée au départ mais qui a beaucoup su me plaire par la suite.
- Marcus, le fils de Matthew. Il a su me plaire tantôt par l'humour qu'il apporte à l'histoire mais également pas son côté sérieux présent lorsque nécessaire.
- Marthe, la domestique de la famille Clairmont. Une jeune femme plus que maternante et qui aidera Diana a mieux comprendre la famille dans laquelle elle va prendre place.

Le style d'écriture de l'auteur est à l'image de son histoire : très riche et dense. Je dois avouer que par moment j'ai eu quelques petites difficultés à avancer de par la complexité des textes dans lesquels on nous faisait découvrir. Il m'est arrivé à plusieurs reprises de devoir relire certains passages pour mieux les comprendre. Mais au final, je trouve que cela s'accorde plutôt bien à l'ambiance que nous dégage l'ouvrage. Bizarrement ce sont plus les discussions disons techniques entre les personnages qui m'ont donné le plus de difficultés que les descriptions plus ou moins longues auxquelles nous avons droit. Une chose est sûre, j'ai beaucoup aimé ce premier opus et ce ne sont pas ces petits détail qui m'empêcheront de découvrir la suite de cette superbe série.


Un presque coup de cœur pour cette histoire très riche et passionnante. Un univers simple mais construit avec brio et maîtrisé. Une touche de surnaturel assez classique mais qui fait mouche. Des personnages avec un passé bien construit que l'on se plait à suivre. Un style d'écriture riche mais peut-être un peu trop.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire